Tous les articles par cinedidac

Auguste Bessou et rapport de la Commission extraparlementaire

Le rapport de la Commission extraparlementaire chargée d’étudier les moyens de généraliser l’application du cinématographe dans les différentes branches de l’enseignement, dit Rapport Bessou a été numérisé par Gallica.

Commission nommée en 1915 et dont le rapport publié en 1920 sera à l’origine du développement du cinéma éducateur.

commission_extraparlementaire_chargee_detudier_les_-bessou_auguste_bpt6k5651814x

On trouve à cette adresse une présentation biographique d’Auguste Bessou :
http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1060

Cinéma éducateur de Lyon

Office régional du cinéma éducateur de Lyon

EUROPA FILM TREASURES,8 min

En 1924, le Cinéma Scolaire de Lyon devient Office Régional du Cinéma Educateur. Nous découvrons les acteurs de cette organisation, son ampleur géographique qui s’étend sur douze départements, ses locaux, et son activité : l’envoi de « programmes » cinématographiques dans les écoles et les campagnes.
Cette initiative est portée par un militant charismatique, fervent défenseur des valeurs républicaines, Gustave Cauvin, qui réalise ce film.

En France, ce sont les Ministères de l’Agriculture, de l’Armée et de l’Instruction publique qui sont les premiers à reconnaître et institutionnaliser la valeur pédagogique du cinéma. Après la Première guerre mondiale, les films font leur apparition dans les écoles françaises. Outils éducatifs, ils complètent ou illustrent la leçon de l’instituteur. Les municipalités soutiennent ce développement, en créant leur propre « Cinéma scolaire ». Celui de Lyon voit le jour en 1921, défendu par le maire Edouard Herriot (1872-1957) que l’on voit à l’image.

Personnalité charismatique et engagée, Gustave Cauvin (1886-1851) est aussi à l’origine de la création de cette structure, qu’il transformera en 1924, en Office Régional du Cinéma Educateur de Lyon (ORCEL). C’est dans les années qui suivent cette évolution qu’il réalise ce film, dont ne subsiste que la première partie. Gustave Cauvin croit profondément en la puissance éducative de l’image, qui peut guérir le peuple de fléaux sociaux tels que l’alcoolisme, les maladies, ou la violence. Cet espoir social est au fondement de l’idéologie de l’ORCEL.

Les Offices régionaux du cinéma éducateur sont des associations laïques, qui diffusent des programmes cinématographiques pour les séances scolaires, mais aussi pour des projections dans les amicales ou foyers des campagnes. Le cinéma éducateur oeuvre pour l’évolution des pratiques en termes de citoyenneté et d’hygiène sociale : dès lors, les films d’enseignement représentent, dans les années 1920, la majorité des contenus diffusés. Mais la fiction, la comédie et le spectacle forment aussi une part considérable des programmes, et augmentent la popularité des séances récréatives. Les offices achètent ces bobines à des revendeurs de films en stock, profession aujourd’hui disparue pour des raisons juridiques évidentes ! Ainsi, lorsque les salles commerciales ne proposeront plus que des films parlants, le cinéma muet continuera à trouver son public dans les campagnes…

Ce film appartient aux collections de la CINEMATHEQUE DE TOULOUSE.

http://cinema.arte.tv/fr/office-regional-du-cinema-educateur-de-lyon

Colloque la Ligue de l’enseignement et le cinéma

Les 13 et 14 novembre 2015, colloque consacré à la Ligue de l’enseignement et le cinéma, organisé par Frédéric Gimello-Mesplomb (Université d’Avignon), Pascal Laborderie (Université de Reims-Champagne Ardenne), Gérard Le Cann (Ligue de l’enseignement de Basse-Normandie), Léo Souillés-Debats (Université de Lorraine).

Ce colloque est consacré aux activités d’éducation à l’image mises en oeuvre par La Ligue de l’enseignement de 1945 à 1989 dans le réseau de l’Union française des oeuvres laïques d’éducation par l’image et le son (Ufoleis). Durant l’âge d’or des ciné-clubs, l’Ufoleis avait un rayonnement considérable puisque plus de 80 % des ciné-clubs lui étaient affiliés. Surtout, elle fut à l’initiative de nombreux dispositifs pédagogiques : festivals, télé-clubs, édition de revues, d’ouvrages et de supports pédagogiques sur le cinéma, stages de formation des enseignants, productions cinématographiques, ateliers audiovisuels. À l’heure où l’éducation artistique et culturelle est réaffirmée comme un fondement de la politique culturelle, ce colloque ambitionne d’étudier ces divers dispositifs d’éducation cinématographique qui demeurent aujourd’hui peu abordés en sociologie, en histoire, en sciences de l’information et de la communication ou en sciences de l’éducation et de la formation pour adultes. Cet état des lieux des connaissances permettra de mettre en perspective le sens donné aujourd’hui à l’introduction de l’éducation aux images dans la politique culturelle et permettra de poser l’hypothèse d’une possible refondation de l’éducation
populaire par l’image et le son.

Ce colloque bénéficie du soutien de l’AFRHC et plusieurs de ses membres y interviennent.

Programme ci-dessous.

programme_colloque_UFOLEIS

Journée d’études – Cinémas d’éducation populaire

Cinémas d’éducation populaire. Pratiques cinématographiques en terrain non commercial après 1945

samedi 14 mars 2015 – Galerie Colbert, salle Jullian

Comité scientifique : Roxane Hamery (Université Rennes 2), Laurent Le Forestier (Université Rennes 2), Mélisande Leventopoulos (Université Paris 8), Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine), Sylvie Lindeperg (Université Paris 1), Gaël Péton (Université Paris 1), Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1). Les Trois Lumières et l’HICSA.

Comité d’organisation : Mélisande Leventopoulos, post-doctorante, Labex Arts H2H, Université Paris 8. Gaël Péton, doctorant, HiCSA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Programme

9h15 / Introduction : Mélisande Leventopoulos et Gaël Péton, organisateurs de la journée d’études

Redéploiement d’un champ d’intervention après-guerre
Modération : Mélisande Leventopoulos (Labex Arts-H2H)

9h30 / Pascal Laborderie (Université de Reims)
La Ligue de l’enseignement et l’aménagement d’un territoire culturel, politique et juridique au cinéma d’éducation populaire (1916-1955)
9h55 / Léo Souillés-Debats (Université de Lorraine)
Cinéma éducateur, éducation populaire et ciné-clubs à la Libération : la constitution d’une offre de formation par et pour le cinéma à l’attention des animateurs
10h20 / Valérie Vignaux (Université de Tours)
Georges Sadoul, secrétaire général de la Fédération française des ciné-clubs ou cinéphilie versus éducation populaire ?

11h15 / Pause

Construction et circulation des savoirs
Modération : Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine)

11h30 / Gaël Péton (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Joffre Dumazedier, les télé-clubs et le cinéma : les promesses de la « culture populaire » en milieu rural (1953-1955)
11h55 / Laurent Le Forestier (Université Rennes 2)
Entre mémoire et objectivation. Transmettre une histoire autre dans Éducation et cinéma (1954-1959)

12h40 / Pause

Expériences et itinéraires d’animateurs
Modération : Tangui Perron (chargé du patrimoine audiovisuel à Périphérie)

13h45 / Christian Chevandier et Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1)
Un ciné-club syndical dans les années 1960 : l’action culturelle de la CGT-PTT du Rhône
14h15 / Sébastien Layerle (Université Paris 3) et Monique Martineau-Hennebelle (directrice de publication de CinémAction)
Lire, voir, transmettre : Guy Hennebelle et Monique Martineau, le cinéma comme outil de formation (France-Belgique-Algérie, 1956-1968)

Encadrement de la jeunesse
Modération : Perrine Boutin (Université Paris 3)

15h15 / Roxane Hamery (Université Rennes 2)
La justice des mineurs et les ciné-clubs de jeunes dans l’après Seconde guerre mondiale : un modèle préventif et correctif de la délinquance
15h40 / Marina Vidal-Naquet (Université Paris-Ouest Nanterre)
Fernand Deligny, la Grande Cordée et « La caméra outil pédagogique » (1955) : histoire d’un film collectif à faire

16h25 / Pause

Archives

16h45 / Mélisande Leventopoulos et Gaël Péton
De nouvelles sources pour l’histoire des cinémas d’éducation populaire : les versements de la Jeunesse et des Sports et les archives Pierre Kneubühler
17h15 / Alain Carou (BnF) et Hélène Fleckinger (Université Paris 8)
Pratiques et patrimoine de la vidéo en éducation populaire : premiers repérages

18h15 / Conclusion : Jean-Marc Leveratto

Programme ci-dessous.
Plaquette_JE_14_MARS_2015_web-1

Christophe Gauthier – A l’école de la mémoire

Mémoire pour l’obtention du diplôme de conservateur de bibliothèque, rédigé par Christophe Gauthier, sous la direction de Pascal Ory, et intitulé :

A L’ÉCOLE DE LA MÉMOIRE
La constitution d’un réseau de cinémathèques en milieu scolaire
(1899-1928)

C’est dans le contexte plus général d’une étude sur 1’eclosion du patrimoine et de l’histoire du cinéma que s’inscrit ce mémoire. Après un bref aperçu de 1’evolution du cinéma scolaire avant la Première guerre mondiale, il apparaît que le souci de conserver les films est lie a leur nécessaire communication auprès des enseignants. De la vient la constitution d’un réseau de cinémathèques scolaires dans le courant des années 1920, qui
des avant la généralisation du parlant couvrait une majeure partie du territoire national.

Gauthier_a-l-ecole-de-la-memoire-la-constitution-d-un-reseau-de-cinematheques-en-milieu-scolaire-1899-1928

La Ligue de l’enseignement et le cinéma

La Ligue de l’enseignement et le cinéma – Une histoire de l’éducation à l’image (1945-1989)

De 1945 à 1989, la Ligue de l’enseignement a orchestré un vaste mouvement d’éducation populaire par et au cinéma au sein de l’Union française des œuvres laïques d’éducation par l’image et le son (UFOLEIS). Cet ouvrage interroge sa politique d’éducation artistique et culturelle, notamment les films programmés dans son réseau de ciné-clubs, sa production éditoriale (édition d’Image et son – la Revue du cinéma et de nombreux livres sur le cinéma et les autres médias) et ses dispositifs d’éducation et de formation (organisation de stages et de festivals). Il est enrichi d’une centaine d’illustrations ainsi que de la réédition d’articles qui ont marqué l’histoire de l’éducation cinématographique.

Coordination : Pascal Laborderie, maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’université de Reims, et Léo Souillés-Débats, maître de conférences en Études cinématographiques à l’université de Lorraine, en collaboration avec Frédéric Gimello-Mesplomb, professeur de Sciences de l’information et de la communication à l’université d’Avignon.

Contributeurs : F. Albera, C. Bonah, P. Bourdier, P. Clément, L. Dagneaux, J. Danet, A. Gallois, L. Garreau, P.-L. Gauthier, F. Gimello-Mesplomb, R. Hamery, P. Laborderie, S. Layerle, M. Marie, R. Odin, N. Palluau, D. Sauvaget, L. Souillés-Debats et C. Taillibert.

Direction éditoriale : Valérie Vignaux

Vous trouverez ci-dessous la présentation de l’ouvrage ainsi que son sommaire.

SommaireLigue
http://www.afrhc.fr/2016/05/la-ligue-de-lenseignement-et-le-cinema/

Georges Sadoul – Regards et Ciné-Liberté

PhotoArme

Valérie Vignaux, membre du laboratoire, interviendra le 25 mars prochain à l’occasion d’une journée d’études intitulée « La photographie comme arme. Photographie sociale et documentaire dans les années 1930 » organisée dans le cadre du projet « Captures du monde social. Photographie sociale et documentaire des années 1930 » (Labex Arts H2H), mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou.

L’événement se tiendra à Paris, à l’Institut national d’histoire de l’art, salle Giorgio Vasari.

Le programme détaillé est à télécharger par ici : Photographie_programme-labex_V2

Et l’affiche par là : Photographie-affiche-V2

Toutes les informations pratiques sont également à retrouver sur: http://www.labex-arts-h2h.fr/fr/la-photographie-comme-arme-1095.html

Cinéma militant – Ciné-Liberté

Intervention lors du colloque international consacré au Cinéma français et le Front populaire qui se déroule à l’Assemblée nationale, le 8 juin 2016.

Dans la France troublée des années 1930 (crises économiques à répétition, scandales politiques, montées du fascisme), le cinéma est l’objet de mutations inédites. Média populaire par excellence, le cinéma devient alors le mode d’expression privilégié d’un engagement politique, pour et par le peuple. Les gauches s’en emparent avec le Front Populaire (1936-1938), produisant et diffusant des films militants. Vu comme un moyen de « développer le progrès social » (Marceau Pivert), révélateur des conflits entre patriarcat et monde ouvrier, le cinéma dès 1936 capte aussi un certain « air du temps » : foi en la lutte des classes, solidarité et engagement sont les valeurs défendues par les films.

Des historiens, du cinéma ou de la photographie, des spécialistes des archives, reviendront le 8 juin, sur le cinéma du Front populaire. Vous trouverez le détail des interventions dans le programme ci-dessous.

<a href="http://2016-05-17_573b010a33c78_LeFrontpopulaireetlecinemafrancais_Programme« >Programme :

Mercredi 8 juin 2016, Assemblée Nationale, Paris
Organisé par le Centre National de l’image animée (CNC) et l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

ouverture-du-colloque-le-front-populaire-et-le-cinema-francais

Cinéma amateur – CICLIC

A l’occasion des dix ans de sa mission concernant le patrimoine cinématographique et audiovisuel de la région, Ciclic a demandé à Valérie VIGNAUX son point de vue sur les collections de « films amateurs ». Elle propose ici un dépassement des paradigmes habituels liés à la catégorisation sociale, à l’approche technique ou commerciale et contribue à faire savoir que les collections de l’agence ne sont pas seulement constituées de films de famille mais aussi de témoignages documentaires, de démarches pédagogiques ou militantes.

Le texte « Du cinéma amateur à l’amateur cinéaste » est à lire à cette adresse :
http://www.ciclic.fr/ciclic-celebre-10-ans-de-memoire-filmeevisuel10ans