Archives de catégorie : Usages didactiques

Célestin Freinet et le cinéma

Étude intitulée “Célestin Freinet et le cinéma ou le cinéma français et l’éducation nouvelle (1927-1939)”, parue dans Philippe Bourdier (dir.), Actes du colloque « Images à l’école, image de l’école, 1880-1960 », IUFM Centre Val de Loire/Musée de l’école d’Eure-et-Loir, 2011.


Document ci-dessous:

VVignaux_Freinet

freinet-1928

Séminaire – Célestin Freinet

1cbe3bd014f19b90733abd5ea650d2de

Intervention dédiée à Célestin Freinet pour le séminaire de l’Afreloce à l’ENS, « D’un support à l’autre » (samedi 22 mars 2014), intitulée: “Transfert et traduction d’une pédagogie au cinéma, de Célestin Freinet à Jean-Paul Le Chanois, de Prix et profits à L’École buissonnière (1949)”

Compte-rendu rédigé par Déborah Lévy-Bertherat :
<a href="http://magasindesenfants.hypotheses.org/4418“>http://magasindesenfants.hypotheses.org/4418

Cinéma(s) en didactique(s) – Journée d’études – Tours


Le 21 octobre 2011 s’est déroulée à Tours, une première journée d’études consacrées aux usages didactiques du cinéma au XXe siècle.

Cette journée a réuni une dizaine de chercheurs venus d’horizons disciplinaires multiples, sciences de l’information et de la communication, histoire contemporaine, études cinématographiques, histoire du cinéma, etc.

Elle a interrogé les relations entre cinéma et didactique à partir de trois axes : institutions, médias et médiateurs, et s’efforce de penser ensemble des sujets généralement dissociés, comme cinéma d’auteur et médiations.

Le programme ci-dessous

ProgrammeDidac

Jean Benoit-Lévy, une histoire du cinéma éducateur

Valérie Vignaux, Jean Benoit-Lévy ou le corps comme utopie, une histoire du cinéma éducateur dans l’entre-deux-guerres en France, Paris, AFRHC, 2007, 255 p.

À partir des engagements et de la filmographie du cinéaste Jean Benoit-Lévy (1888-1959), l’ouvrage retrace les modalités d’une politique publique en faveur du cinéma éducateur, dans l’entre-deux-guerres en France.

Au lendemain de la Grande Guerre, des politiques et des intellectuels, puisant leur modèle théorique chez les Encyclopédistes ou les Vulgarisateurs, affirment les vertus didactiques des images et militent sous couvert de la Société des Nations pour que soit généralisé l’emploi du cinéma dans l’enseignement, mais aussi dans l’éducation populaire à destination des adultes. Le cinéma, spectacle de masse, leur paraît le médium le plus approprié pour informer les populations des réformes instituées en leur faveur. Des commissions sont mises en place au sein des ministères : Instruction publique, Santé et Agriculture pour veiller à la réalisation de sujets aux contenus spécifiques et faciliter leur diffusion à travers le territoire national. Leur mise en œuvre est principalement confiée à Jean Benoit-Lévy qui réalise près de 300 films, courts mais aussi longs métrages, documentaires ou fictions, à des fins d’éducation. L’étude de cet ensemble témoigne en images animées des mutations qui, à travers ses classes populaires, ébranlent la société française de l’entre-deux-guerres : évolution de la place des femmes, “rationalisation” de l’agriculture ou abandon progressif de la petite industrie. Une œuvre singulière, réalisée à des fins de propagande, qui constitue un des premiers temps du cinéma documentaire en France. Replacée dans son contexte institutionnel, elle retrouve la place qui était la sienne dans cette période encore peu étudiée du cinéma français.

Ouvrage vendu au prix de 17 euros et comprenant un dvd de 14 courts et moyens métrages.

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100443240

compte-rendu rédigé par Caroline Moine et paru dans la revue le Temps des Médias, n°11, hiver 2008-2009, p. 272-273.

http://www.histoiredesmedias.com/Ouvrage-Valerie-Vignaux-Jean.html

compte-rendu rédigé par Jean-Marc Leveratto dans 1895 :

http://1895.revues.org/4031