Cinéma et militantisme dans l’entre-deux-guerres – Ciné-Liberté

Cet article publié dans la revue Études photographiques, en suivant le parcours de Léon Moussinac, restitue le contexte dans lequel ont été produits et réalisés les films de la coopérative militante Ciné-Liberté.

Résumé:
Dans la France de l’entre-deux-guerres, des artistes ou des intellectuels se sont interrogés sur la vocation du cinéma et leurs réflexions ont aidé à la légitimation esthétique, culturelle, mais aussi sociale de l’art naissant. Léon Moussinac, depuis sa tribune du journal communiste L’Humanité, fut très certainement une des personnalités les plus agissantes. Or, la lecture attentive de ses articles et la restitution de ses engagements conduisent à interroger la compréhension que nous avons du cinéma en cette période. L’article à partir de l’analyse de ses déclarations mais aussi de ses activités au sein des organisations culturelles du parti souligne la constance d’une intellection du cinéma comme art de masse. Le cinéma est pensé comme un média susceptible d’être employé à des fins de culture et d’éducation du plus grand nombre, compréhension qui souligne la parenté entre des activités généralement distinguées, soit entre cinéma militant et militantisme culturel.

224616_185673904817315_182286505156055_523552_6681366_n-195x300

http://etudesphotographiques.revues.org/3180