Cinéma éducateur de Lyon

Office régional du cinéma éducateur de Lyon

EUROPA FILM TREASURES,8 min

En 1924, le Cinéma Scolaire de Lyon devient Office Régional du Cinéma Educateur. Nous découvrons les acteurs de cette organisation, son ampleur géographique qui s’étend sur douze départements, ses locaux, et son activité : l’envoi de « programmes » cinématographiques dans les écoles et les campagnes.
Cette initiative est portée par un militant charismatique, fervent défenseur des valeurs républicaines, Gustave Cauvin, qui réalise ce film.

En France, ce sont les Ministères de l’Agriculture, de l’Armée et de l’Instruction publique qui sont les premiers à reconnaître et institutionnaliser la valeur pédagogique du cinéma. Après la Première guerre mondiale, les films font leur apparition dans les écoles françaises. Outils éducatifs, ils complètent ou illustrent la leçon de l’instituteur. Les municipalités soutiennent ce développement, en créant leur propre « Cinéma scolaire ». Celui de Lyon voit le jour en 1921, défendu par le maire Edouard Herriot (1872-1957) que l’on voit à l’image.

Personnalité charismatique et engagée, Gustave Cauvin (1886-1851) est aussi à l’origine de la création de cette structure, qu’il transformera en 1924, en Office Régional du Cinéma Educateur de Lyon (ORCEL). C’est dans les années qui suivent cette évolution qu’il réalise ce film, dont ne subsiste que la première partie. Gustave Cauvin croit profondément en la puissance éducative de l’image, qui peut guérir le peuple de fléaux sociaux tels que l’alcoolisme, les maladies, ou la violence. Cet espoir social est au fondement de l’idéologie de l’ORCEL.

Les Offices régionaux du cinéma éducateur sont des associations laïques, qui diffusent des programmes cinématographiques pour les séances scolaires, mais aussi pour des projections dans les amicales ou foyers des campagnes. Le cinéma éducateur oeuvre pour l’évolution des pratiques en termes de citoyenneté et d’hygiène sociale : dès lors, les films d’enseignement représentent, dans les années 1920, la majorité des contenus diffusés. Mais la fiction, la comédie et le spectacle forment aussi une part considérable des programmes, et augmentent la popularité des séances récréatives. Les offices achètent ces bobines à des revendeurs de films en stock, profession aujourd’hui disparue pour des raisons juridiques évidentes ! Ainsi, lorsque les salles commerciales ne proposeront plus que des films parlants, le cinéma muet continuera à trouver son public dans les campagnes…

Ce film appartient aux collections de la CINEMATHEQUE DE TOULOUSE.

http://cinema.arte.tv/fr/office-regional-du-cinema-educateur-de-lyon



Citer ce billet
cinedidac (2016, 3 juillet). Cinéma éducateur de Lyon. Cinédidac. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mswo