Archives par mot-clé : Léon Moussinac

Georges Sadoul – Regards et Ciné-Liberté

PhotoArme

Valérie Vignaux, membre du laboratoire, interviendra le 25 mars prochain à l’occasion d’une journée d’études intitulée « La photographie comme arme. Photographie sociale et documentaire dans les années 1930 » organisée dans le cadre du projet « Captures du monde social. Photographie sociale et documentaire des années 1930 » (Labex Arts H2H), mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou.

L’événement se tiendra à Paris, à l’Institut national d’histoire de l’art, salle Giorgio Vasari.

Le programme détaillé est à télécharger par ici : Photographie_programme-labex_V2

Et l’affiche par là : Photographie-affiche-V2

Toutes les informations pratiques sont également à retrouver sur: http://www.labex-arts-h2h.fr/fr/la-photographie-comme-arme-1095.html

Cinéma militant – Ciné-Liberté

Intervention lors du colloque international consacré au Cinéma français et le Front populaire qui se déroule à l’Assemblée nationale, le 8 juin 2016.

Dans la France troublée des années 1930 (crises économiques à répétition, scandales politiques, montées du fascisme), le cinéma est l’objet de mutations inédites. Média populaire par excellence, le cinéma devient alors le mode d’expression privilégié d’un engagement politique, pour et par le peuple. Les gauches s’en emparent avec le Front Populaire (1936-1938), produisant et diffusant des films militants. Vu comme un moyen de « développer le progrès social » (Marceau Pivert), révélateur des conflits entre patriarcat et monde ouvrier, le cinéma dès 1936 capte aussi un certain « air du temps » : foi en la lutte des classes, solidarité et engagement sont les valeurs défendues par les films.

Des historiens, du cinéma ou de la photographie, des spécialistes des archives, reviendront le 8 juin, sur le cinéma du Front populaire. Vous trouverez le détail des interventions dans le programme ci-dessous.

<a href="http://2016-05-17_573b010a33c78_LeFrontpopulaireetlecinemafrancais_Programme« >Programme :

Mercredi 8 juin 2016, Assemblée Nationale, Paris
Organisé par le Centre National de l’image animée (CNC) et l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

ouverture-du-colloque-le-front-populaire-et-le-cinema-francais

Léon Moussinac

Léon Moussinac (1890-1964) est un des intellectuels communistes français majeurs de la première moitié du XXe siècle. Critique de théâtre, de cinéma, des arts décoratifs, ses réflexions s’inscrivent dans le courant de l’Art social. Après avoir endossé des responsabilités éditoriales dans nombre de revues, puisqu’il est secrétaire de rédaction d’Art et Décoration, rédacteur en chef de Comœdia illustré, il crée la rubrique cinématographique du Mercure de France puis celle de l’Humanité. Aux côtés d’Henri Barbusse et de Paul Vaillant-Couturier, il s’engage dans des actions de démocratisation culturelle et artistique, tels les Amis de Spartacus, premier ciné-club de masse, ou l’Association des Écrivains et des Artistes Révolutionnaires, organisation qui prélude au rassemblement des intellectuels contre le fascisme. Arrêté pour ses opinions politiques en 1940, libéré en 1941, il entre en Résistance. Aux lendemains de la Guerre, devenu directeur d’écoles supérieures (l’IDHEC et l’EnsAD), Moussinac poursuit une œuvre personnelle, publiant des recueils de poésies, des romans ou nouvelles, des ouvrages consacrés aux arts décoratifs, au cinéma et au théâtre.

Cet ensemble, dirigé par Valérie Vignaux, avec la collaboration de François Albera, associe un volume d’études et une anthologie de textes. Il a l’ambition et l’originalité d’aborder sans hiérarchie les différents domaines dans lesquels Moussinac a œuvré.

Le premier volume, intitulé Léon Moussinac, un intellectuel communiste, préfacé par Pascal Ory, réunit les contributions de spécialistes reconnus du cinéma, du théâtre, de la musique, de la littérature ou de la poésie, tels François Albera, Marie-Cécile Bouju, Vincent Casanova, Léonor Delaunay, Céline Gailleurd, Bert Hogenkamp, Laurent Le Forestier, Jean-Baptiste Para, Romain Piana, Valérie Pozner, Laurent Véray, Guillaume Vernet et Valérie Vignaux.

Il est complété d’un second volume constitué d’une anthologie de textes intitulé Léon Moussinac, critique et théoricien des arts qui, s’il rassemble en majorité des critiques ayant pour sujet le cinéma, comprend également un choix d’articles dédiés aux arts décoratifs, au théâtre ou à la musique. Études et textes qui aident à saisir la trajectoire intellectuelle de Moussinac.

Le coffret comprenant le volume d’études et l’anthologie, Un intellectuel communiste, Léon Moussinac, critique et théoricien des arts : (472 p. + 541 p.) : 48 €
Le volume d’études, Léon Moussinac, un intellectuel communiste, 472 p., 24€
L’anthologie critique, Léon Moussinac, critique et théoricien des arts : 541 p., 24€

www.afrhc.fr

Couv_COFFRET_MOUSSINAC