Archives par mot-clé : danse

Pathé-Baby : Gladiateur combattant, étude de geste

Curieux film, entre le film de danse et le modèle vivant, soit un document pouvant servir à l’enseignement du dessin.
La mise en scène est extrêmement simple, un plan frontal et un homme accomplissant des gestes, par contre la lumière est assez soignée.
L’intertitre de fin soulignant l’intérêt du cinéma quant à l’étude du mouvement, inscrit le film dans une archéologie du cinéma issue de Jules-Etienne Marey et de la physiologie…

Pathé-Baby : Danses royales au Cambodge

Selon Stephen del Roser:
Un petit film d’une représentation pour le roi de Cambodge, avec des gros-plans des costumes et des ornements, pris bien avant la rupture de la tradition causé par le Khmer rouge, et après le grand succès du Ballet Royal de Cambodge à l’Exposition Coloniale à Marseille en 1906.

Pathé-Baby : Danses soudanaises

Selon Stephen del Roser:
Un film Pathé-Baby d’avant 1923 d’une danse de la peuple Peulh ou Fula au Soudan Français. De très beaux costumes et masques, comme celles qui avait intéressé Picasso quelques ans avant. Photographie très belle. – Notez aussi l’échassier au second plan vers la fin du film. Évidemment tourné le même jour que « Danses Habé », aussi disponible sur YouTube

Pathé-Baby : Danses Habé (Soudan)

Selon Stephen del Roser:
Habé, l’emplacement présumé de ce petit film, est un village du département d’Oury en Burkina Faso. Le métrage semble avoir été tourné au même jour que celui de « Danses soudanaises », un autre petit film Pathé-Baby, qui est signé L. Lejard. La source des deux films semble être un documentaire pour le cinéma daté 1915, « Au Soudan français ». Les positions de la caméra et des ombres sont identiques, et en plus les échassiers et les couvre-chefs de la dernière danse (dont le titre est absent) sont visibles à l’arrière-plan de l’autre film. Leur grande empire africaine fascinait les français du commencement du 20e siècle, mais leur attitude de supériorité envers les autres races est visible dans la classification qui leur est donnée : « tribus primitifs ».

Pathé-Baby : Une démonstration chorégraphique

Iris Rowe et Robert Quinault étaient danseurs de ballet dans les années 1920 ; ils ont pour particularité d’avoir croisé le ballet avec d’autres lformes de spectacle, comme la danse acrobatique, les revues. Ils étaient danseurs aux États-Unis, dans les Folies Ziegfeld en 1923. Ce film date probablement de 1921 car Quinault porte un costume d’Harlequin, un de ses rôles favoris qu’il dansait alors avec Miss Rowe.

Pathé-Baby : Miss Flutter

L’internaute qui a mis en ligne ce film précise qu’il s’agit d’un film de Segundo de Chomon, daté de 1908, proposé au catalogue en 1923, année de lancement de l’appareil Pathé-Baby.

A French Pathe-Baby 9.5mm silent « home movie » film from 1923, an extract from a French Pathe cinema short from 1908 entitled « Metempsycose », directed by Segundo de Chomon and coloured by the Pathe Stencil colour process. These films were black and white prints coloured with dyes via a stencil system.

Comme pour la Passion de Zecca, le Pathé-Baby aura donc introduit dans les campagnes des films réalisés avant la Grande Guerre, films conçus sur le modèle des attractions (forme théorisée par André Gaudreault, cf. http://1895.revues.org/4005). Ce décalage historique me semble à interroger : est-ce lié au public ou à une conception du cinéma propre à la firme? De plus, ce film par sa mise en scène se réfère à un autre film fameux, car magnifiquement teinté et mettant en scène la Loïe Fuller dans une Danse Serpentine, et réalisé par la société Lumière.

Pathé-Baby : L’infernal Contorsionniste

Film très beau, le costume et la couleur rouge explicitent le titre et accentuent la dimension spectaculaire des contorsions. La prise de vue est frontale, le cadre invariable, pour un regard extrêmement simple, mettant en valeur le protagoniste principal, dans une profondeur de champ créée gràce à un décor en toiles peintes.
Film qui oscille entre un passé issu des fantaisies « méliésiennes » et une modernité chorégraphique.