Cinéma amateur, généalogie technique et sociale

Le Pathé-Baby : Généalogie technique et industrielle

Généalogie technique

La première tentative en France d’une vulgarisation de la technique cinématographique à destination du marché privé apparaît en 1912, lorsque Charles Pathé commercialise une gamme de produit baptisée Pathé-Kok : soit une caméra assortie d’un appareil de projection employant une pellicule de format réduit, de 28 mm au lieu du classique 35 mm. L’appellation Pathé-Kok n’est pas sans rappeler le nom de l’appareil amateur Kodak distribué par la société Eastman et qui a très largement contribué à l’essor des pratiques amateurs en photographie. Charles Pathé suit de près les activités de la société américaine puisqu’en 1926, au terme d’un accord, les deux entreprises s’associeront pour commercialiser la pellicule vierge sous la dénomination Pathé-Kodak. L’industrialisation du Pathé-Kok, empêchée par le premier conflit mondial, est abandonnée car son coût est déclaré trop élevé. Aux lendemains de la Première Guerre, Charles Pathé se concentre de nouveau sur le marché amateur et le 21 février 1921, il dépose les plans d’un appareil de projection dénommé Pathé-Baby, conçu pour employer une pellicule au format 9, 5 mm à perforation centrale, obtenue en coupant en trois le 35 mm. L’industriel paraît assuré du succès du nouvel appareil puisqu’il commande à l’ingénieur Victor Continsouza la fabrication de 5 000 unités. Le Pathé-Baby n’est encore qu’un simple appareil de projection, prolongé d’un catalogue de films qui dans les années 1920 ne comprend que quelques dizaines d’œuvres, principalement didactiques (documentaires, films d’enseignement, actualités et cinéma d’animation français) ; catalogue qui dans les années 1930 rassemblera près de 3 000 titres avec l’intromission des burlesques américains, les sujets religieux des éditions de la Bonne Presse et des versions remontées des longs métrages exploités par Pathé-Consortium. Le 31 janvier 1922, le dispositif est complété par une caméra à manivelle, remplacée par un moteur en 1926, et qui sous la même dénomination Pathé-Baby emploie une pellicule en 9,5 mm, compatible avec le projecteur. Dès 1923 le procédé Pathé est concurrencé par Eastman Kodak qui commercialise le 16 mm, un format dit semi-professionnel et destiné aux amateurs exigeants ou fortunés, mais son prix trop élevé fait obstacle à une utilisation de masse. Par contre, en 1932, lorsqu’Eastman Kodak lance le 8 mm, obtenu par la découpe en deux d’une pellicule 16 mm, ce nouveau format connaît un succès important, détrônant le 9, 5 mm et devenant après la Seconde Guerre, le standard amateur le plus employé et ce jusqu’en 1965, date où la société américaine le remplace par le Super 8.

Généalogie technique qui restitue des alliances et des conflits d’intérêts, entre Kodak et Pathé, et qui met aussi en évidence un moment de basculement à l’aube des années 1930 entre visées didactiques et ambitions récréatives, perceptible à travers la composition du catalogue de films. Pour expliquer ce retournement assez radical, puisque contradictoire avec les déclarations publiées dans les premiers numéros de la revue Le Cinéma chez soi, publication destinée aux usagers du Pathé-Baby, on peut se référer aux choix et déclarations de l’industriel lui-même qui a publié ses mémoires ou encore, s’intéresser au contexte industriel qui entoure sa société. Charles Pathé, abandonnant la production et la distribution de films, a cédé ses parts en 1920 à une société créée pour l’occasion, dénommée Pathé-Consortium et dirigée par Charles Sapène le directeur des Cinéromans ; il a par contre conservé des intérêts financiers dans une société baptisée Pathé-Cinéma dévolue à la pellicule et aux appareils dont le Pathé-Baby. Or, si l’on en croit la revue Le Cinéma chez soi, le changement d’orientation qui conduit à privilégier des films à ambitions récréatives plutôt que didactiques pour le catalogue, s’opère aux alentours de 1926. Année où justement Charles Sapène conduit Léon Moussinac et le journal L’Humanité devant les tribunaux, en raison de sa critique dénonçant l’inanité du film américain qu’il distribue : Jim le Harponneur ; procès qui en faisant jurisprudence assurera la libre critique en cinéma à l’encontre des discours publicitaires imposés par les « mercantis », selon les mots mêmes de Moussinac. Durcissement économique manifeste qui pourrait avoir contribué à la dévaluation d’une compréhension humaniste du cinéma au profit de critères marchands.

Mais le Pathé-Baby n’est pas seulement un objet industriel, c’est aussi un outil aux mains d’usagers.

Généalogie sociale

Le développement des pratiques de réalisation en amateur, comme l’ont montré les travaux de Clément Chéroux concernant la photographie, peut être pensé en deux temps. Tout d’abord, ces usages se développent au sein de mouvement associatif : photo-ciné-clubs mais aussi amicales sportives, syndicats, comités d’entreprises, patronages laïques ou congrégations religieuses. L’emploi du cinéma en amateur participe en effet de l’expansion de la « société des loisirs » dont les travaux d’histoire ont montré qu’elle était accompagnée d’une recrudescence des associations et, notamment celles proposant des activités spécialisées. Ces groupements reproduisent un type de sociabilité où domine le modèle du club et ce en raison du statut social privilégié de ces nouveaux amateurs, pour la plupart des hommes issus de la bourgeoisie ou des classes moyennes, disposant à la fois de temps et de moyens. Au sein de ces clubs, les cinéastes amateurs trouvent une émulation et les novices reçoivent les conseils de praticiens plus aguerris. Des revues sont éditées en grand nombre partout en France, simples bulletins ou organes officiels, elles informent les usagers des avancées techniques tout en distribuant des conseils pour réaliser de belles images, et fédèrent les groupements par l’intermédiaire de concours aux thèmes imposés et aux résultats publiés.

Puis, on voit apparaître aux lendemains de la Seconde Guerre une deuxième vague de cinéastes amateurs, bien plus massive, touchant un large échantillon social et non plus seulement composée d’hommes. Ce nouvel amateurisme se développe au sein des foyers et la caméra circule de main en main car elle n’est plus exclusivement l’apanage du chef de famille. Elle a vocation à enregistrer, afin d’en garder trace, tous les moments importants de la vie privée. Analysant cette pratique pour la photographie, Pierre Bourdieu est frappé par sa très grande uniformité . Le stéréotype y règne en maître. Ce ne sont qu’enfants, parents, amis, animaux domestiques, occupations quotidiennes, situations amoureuses, cérémonies, fêtes, lieux de villégiature ou de tourisme. Ces nouveaux amateurs ne correspondent plus guère au profil des amateurs « experts » précédemment évoqués, il s’agit là d’amateurs tout simplement « usagers ».

Des usages non commerciaux du cinéma en France