Archives de catégorie : Conférences

Cinéma amateur à New Delhi

rou_01-maquisards

En décembre, la chercheuse et archiviste Anna Briggs (doctorante de l’InTRu) présentera, lors d’une conférence internationale, une étude comparée de deux films amateurs ayant pour sujet la Seconde Guerre mondiale : le film « L’Histoire de chez nous » de Jean Rousselot, autour de la Touraine dans la guerre, sera ainsi mis en regard avec un film anglais.
La conférence annuelle « Visible evidence » existe depuis 1994. Elle réunit chaque année des universitaires du monde entier, issus de différentes disciplines, autour des médias et des films documentaires.

Pour la prochaine rencontre qui se tiendra à New Delhi du 11 au 14 décembre 2014, Anna Briggs a proposé d’analyser deux films amateurs européens autour de la Seconde Guerre Mondiale. Elle a choisi de s’intéresser à un film conservé au Yorkshire Film Archive, en le comparant avec le documentaire « L’Histoire de chez nous » de Jean Rousselot. « L’Histoire de chez nous » est un film 9,5 mm très construit, réalisé en 1945 par Jean Rousselot, alors instituteur dans un village près du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire), pour rendre compte des événements de la Seconde Guerre mondiale à Tours et dans le sud de la Touraine.

Par rapport au film de Jean Rousselot, le film « Holmfirth tradesmen’s trip & Blitz in Sheffield », tourné par Wylbert Kemp dans le sud du Yorkshire, est très différent. D’une certaine manière, il s’agit de plusieurs films qui se succèdent sur une bobine : un voyage touristique de représentants de commerce en 1939, à l’heure des pénuries (magasins fermés, tabac indisponible…), puis un film qui évoque plus explicitement les bombardements en Angleterre, dans lequel, après une étonnante mise en scène où les immeubles bombardés sont comme vus à travers le cockpit d’un avion, le cinéaste montre des vues de ruines tournées cette fois depuis la rue…

Après plusieurs expériences professionnelles dans des institutions patrimoniales en Grande Bretagne, en Italie et aux Etats-Unis, Anna Briggs prépare une thèse à l’Université François-Rabelais à Tours sous la direction de Valérie Vignaux, sur la manière dont sont conservés et exploités les films de « non fiction » à travers le monde (notion anglo-saxonne). Elle se rend en Inde dès le mois de novembre pour effectuer une enquête de terrain sur les archives indiennes dans le cadre de sa thèse. Nous rendrons compte de son travail sur le film de Jean Rousselot et celui de Wylbert Kemp à son retour en France.

http://www.ciclic.fr/actualites/la-touraine-new-delhi

Conférence – Le jeu au regard du film amateur

Conférence de Valérie Vignaux, dans le cadre d’une programmation dédiée au Jeu et organisée par le Forum des Images (Paris).

Filmer pour jouer ou jouer pour filmer : le jeu au regard des pratiques filmiques amateurs.

Alors que le jeu pour Roger Caillois, se doit d’être « rigoureusement improductif », les pratiques filmiques amateurs font du ludique l’un des principaux ressorts d’une démocratisation rendue possible grâce à une caméra-jouet. Ainsi, à partir d’un large corpus empruntés aux collections du Forum des Images, on s’attachera à saisir les particularités d’un phénomène universel.

Valérie Vignaux, enseignante-chercheure à l’université de Tours, historienne du cinéma français, a rédigée ou dirigée une dizaine d’ouvrages dédiés à des cinéastes ou à des critiques (Cohl, Becker, Benoit-Lévy, Moussinac, Sadoul) ou à des films (Casque d’or, la Religieuse). Ses recherches actuelles portent sur les usages non commerciaux du cinéma (éducateur, amateur et militant).

Forum_Jeu

Anne Gourdet-Mares / Pathé-Baby

Conférence de Anne Gourdet-Mares, à la Cinémathèque française, 9 novembre 2012, dédiée au Pathé-Baby.

En proposant en décembre 1922 un petit projecteur d’utilisation simple et de forme séduisante, le Pathé-Baby, et, un an plus tard, sa caméra, Pathé-Cinéma réussit à imposer le 9,5 mm comme le format amateur en France. Le succès est immédiat et dépasse les frontières, installant définitivement le cinéma dans les foyers, comblant cinéphiles en herbe et apprentis cinéastes (Jacques Demy en sera un exemple célèbre).
A partir de leur modèle originel, projecteurs et caméras se modernisent, s’accessoirisent, se déclinent afin de plaire à un public toujours plus large et exigeant. Pendant près de 60 ans, le 9,5 mm coexiste avec les autres formats substandards et résiste (en devenant sonore en 1937, le Pathé Vox, et avec son propre format panoramique en 1955, le Duplex) avant de presque disparaître dans les années 1980.

Projectionniste, assistante caméra, Anne Gourdet-Mares est une technicienne passionnée par les appareils cinématographiques. En parallèle de ces activités et nourrie par ces expériences, elle est chargée de mission pour la collection des appareils cinématographiques au sein de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé depuis 2002. Elle fait aussi de nombreuses interventions sur l’histoire technique du cinéma auprès du jeune public.

A cette adresse :

https://www.canal-u.tv/video/cinematheque_francaise/conference_du_conservatoire_des_techniques_cinematographiques_par_anne_gourdet_mares_un_anniversaire_le_pathe_baby_et_le_format_9_5_mm_1922.11557

ou à cette adresse :

http://www.cinematheque.fr/fr/dans-salles/rencontres-conferences/espace-videos/anniversaire-pathe-baby-format-9-5-1922,th,71,v,643.html

pathe-baby-affiche

La conférence est longue, plus de 2 heures, extrêmement documentée, Anne Gourdet-Mares connait parfaitement son sujet. Sa présentation retrace les divers procédés en format réduit, caméras et projecteurs, commercialisés par Pathé, illustrée par une abondante iconographie. Quelques films numérisés, et entre autre un film d’O’Galop en couleurs à signaler.