Archives de catégorie : Colloques et Journées d’études

Colloque la Ligue de l’enseignement et le cinéma

Les 13 et 14 novembre 2015, colloque consacré à la Ligue de l’enseignement et le cinéma, organisé par Frédéric Gimello-Mesplomb (Université d’Avignon), Pascal Laborderie (Université de Reims-Champagne Ardenne), Gérard Le Cann (Ligue de l’enseignement de Basse-Normandie), Léo Souillés-Debats (Université de Lorraine).

Ce colloque est consacré aux activités d’éducation à l’image mises en oeuvre par La Ligue de l’enseignement de 1945 à 1989 dans le réseau de l’Union française des oeuvres laïques d’éducation par l’image et le son (Ufoleis). Durant l’âge d’or des ciné-clubs, l’Ufoleis avait un rayonnement considérable puisque plus de 80 % des ciné-clubs lui étaient affiliés. Surtout, elle fut à l’initiative de nombreux dispositifs pédagogiques : festivals, télé-clubs, édition de revues, d’ouvrages et de supports pédagogiques sur le cinéma, stages de formation des enseignants, productions cinématographiques, ateliers audiovisuels. À l’heure où l’éducation artistique et culturelle est réaffirmée comme un fondement de la politique culturelle, ce colloque ambitionne d’étudier ces divers dispositifs d’éducation cinématographique qui demeurent aujourd’hui peu abordés en sociologie, en histoire, en sciences de l’information et de la communication ou en sciences de l’éducation et de la formation pour adultes. Cet état des lieux des connaissances permettra de mettre en perspective le sens donné aujourd’hui à l’introduction de l’éducation aux images dans la politique culturelle et permettra de poser l’hypothèse d’une possible refondation de l’éducation
populaire par l’image et le son.

Ce colloque bénéficie du soutien de l’AFRHC et plusieurs de ses membres y interviennent.

Programme ci-dessous.

programme_colloque_UFOLEIS

Journée d’études – Cinémas d’éducation populaire

Cinémas d’éducation populaire. Pratiques cinématographiques en terrain non commercial après 1945

samedi 14 mars 2015 – Galerie Colbert, salle Jullian

Comité scientifique : Roxane Hamery (Université Rennes 2), Laurent Le Forestier (Université Rennes 2), Mélisande Leventopoulos (Université Paris 8), Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine), Sylvie Lindeperg (Université Paris 1), Gaël Péton (Université Paris 1), Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1). Les Trois Lumières et l’HICSA.

Comité d’organisation : Mélisande Leventopoulos, post-doctorante, Labex Arts H2H, Université Paris 8. Gaël Péton, doctorant, HiCSA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Programme

9h15 / Introduction : Mélisande Leventopoulos et Gaël Péton, organisateurs de la journée d’études

Redéploiement d’un champ d’intervention après-guerre
Modération : Mélisande Leventopoulos (Labex Arts-H2H)

9h30 / Pascal Laborderie (Université de Reims)
La Ligue de l’enseignement et l’aménagement d’un territoire culturel, politique et juridique au cinéma d’éducation populaire (1916-1955)
9h55 / Léo Souillés-Debats (Université de Lorraine)
Cinéma éducateur, éducation populaire et ciné-clubs à la Libération : la constitution d’une offre de formation par et pour le cinéma à l’attention des animateurs
10h20 / Valérie Vignaux (Université de Tours)
Georges Sadoul, secrétaire général de la Fédération française des ciné-clubs ou cinéphilie versus éducation populaire ?

11h15 / Pause

Construction et circulation des savoirs
Modération : Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine)

11h30 / Gaël Péton (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Joffre Dumazedier, les télé-clubs et le cinéma : les promesses de la « culture populaire » en milieu rural (1953-1955)
11h55 / Laurent Le Forestier (Université Rennes 2)
Entre mémoire et objectivation. Transmettre une histoire autre dans Éducation et cinéma (1954-1959)

12h40 / Pause

Expériences et itinéraires d’animateurs
Modération : Tangui Perron (chargé du patrimoine audiovisuel à Périphérie)

13h45 / Christian Chevandier et Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1)
Un ciné-club syndical dans les années 1960 : l’action culturelle de la CGT-PTT du Rhône
14h15 / Sébastien Layerle (Université Paris 3) et Monique Martineau-Hennebelle (directrice de publication de CinémAction)
Lire, voir, transmettre : Guy Hennebelle et Monique Martineau, le cinéma comme outil de formation (France-Belgique-Algérie, 1956-1968)

Encadrement de la jeunesse
Modération : Perrine Boutin (Université Paris 3)

15h15 / Roxane Hamery (Université Rennes 2)
La justice des mineurs et les ciné-clubs de jeunes dans l’après Seconde guerre mondiale : un modèle préventif et correctif de la délinquance
15h40 / Marina Vidal-Naquet (Université Paris-Ouest Nanterre)
Fernand Deligny, la Grande Cordée et « La caméra outil pédagogique » (1955) : histoire d’un film collectif à faire

16h25 / Pause

Archives

16h45 / Mélisande Leventopoulos et Gaël Péton
De nouvelles sources pour l’histoire des cinémas d’éducation populaire : les versements de la Jeunesse et des Sports et les archives Pierre Kneubühler
17h15 / Alain Carou (BnF) et Hélène Fleckinger (Université Paris 8)
Pratiques et patrimoine de la vidéo en éducation populaire : premiers repérages

18h15 / Conclusion : Jean-Marc Leveratto

Programme ci-dessous.
Plaquette_JE_14_MARS_2015_web-1

Georges Sadoul – Regards et Ciné-Liberté

PhotoArme

Valérie Vignaux, membre du laboratoire, interviendra le 25 mars prochain à l’occasion d’une journée d’études intitulée « La photographie comme arme. Photographie sociale et documentaire dans les années 1930 » organisée dans le cadre du projet « Captures du monde social. Photographie sociale et documentaire des années 1930 » (Labex Arts H2H), mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou.

L’événement se tiendra à Paris, à l’Institut national d’histoire de l’art, salle Giorgio Vasari.

Le programme détaillé est à télécharger par ici : Photographie_programme-labex_V2

Et l’affiche par là : Photographie-affiche-V2

Toutes les informations pratiques sont également à retrouver sur: http://www.labex-arts-h2h.fr/fr/la-photographie-comme-arme-1095.html

Cinéma militant – Ciné-Liberté

Intervention lors du colloque international consacré au Cinéma français et le Front populaire qui se déroule à l’Assemblée nationale, le 8 juin 2016.

Dans la France troublée des années 1930 (crises économiques à répétition, scandales politiques, montées du fascisme), le cinéma est l’objet de mutations inédites. Média populaire par excellence, le cinéma devient alors le mode d’expression privilégié d’un engagement politique, pour et par le peuple. Les gauches s’en emparent avec le Front Populaire (1936-1938), produisant et diffusant des films militants. Vu comme un moyen de « développer le progrès social » (Marceau Pivert), révélateur des conflits entre patriarcat et monde ouvrier, le cinéma dès 1936 capte aussi un certain « air du temps » : foi en la lutte des classes, solidarité et engagement sont les valeurs défendues par les films.

Des historiens, du cinéma ou de la photographie, des spécialistes des archives, reviendront le 8 juin, sur le cinéma du Front populaire. Vous trouverez le détail des interventions dans le programme ci-dessous.

<a href="http://2016-05-17_573b010a33c78_LeFrontpopulaireetlecinemafrancais_Programme« >Programme :

Mercredi 8 juin 2016, Assemblée Nationale, Paris
Organisé par le Centre National de l’image animée (CNC) et l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

ouverture-du-colloque-le-front-populaire-et-le-cinema-francais

Cinéma amateur à New Delhi

rou_01-maquisards

En décembre, la chercheuse et archiviste Anna Briggs (doctorante de l’InTRu) présentera, lors d’une conférence internationale, une étude comparée de deux films amateurs ayant pour sujet la Seconde Guerre mondiale : le film « L’Histoire de chez nous » de Jean Rousselot, autour de la Touraine dans la guerre, sera ainsi mis en regard avec un film anglais.
La conférence annuelle « Visible evidence » existe depuis 1994. Elle réunit chaque année des universitaires du monde entier, issus de différentes disciplines, autour des médias et des films documentaires.

Pour la prochaine rencontre qui se tiendra à New Delhi du 11 au 14 décembre 2014, Anna Briggs a proposé d’analyser deux films amateurs européens autour de la Seconde Guerre Mondiale. Elle a choisi de s’intéresser à un film conservé au Yorkshire Film Archive, en le comparant avec le documentaire « L’Histoire de chez nous » de Jean Rousselot. « L’Histoire de chez nous » est un film 9,5 mm très construit, réalisé en 1945 par Jean Rousselot, alors instituteur dans un village près du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire), pour rendre compte des événements de la Seconde Guerre mondiale à Tours et dans le sud de la Touraine.

Par rapport au film de Jean Rousselot, le film « Holmfirth tradesmen’s trip & Blitz in Sheffield », tourné par Wylbert Kemp dans le sud du Yorkshire, est très différent. D’une certaine manière, il s’agit de plusieurs films qui se succèdent sur une bobine : un voyage touristique de représentants de commerce en 1939, à l’heure des pénuries (magasins fermés, tabac indisponible…), puis un film qui évoque plus explicitement les bombardements en Angleterre, dans lequel, après une étonnante mise en scène où les immeubles bombardés sont comme vus à travers le cockpit d’un avion, le cinéaste montre des vues de ruines tournées cette fois depuis la rue…

Après plusieurs expériences professionnelles dans des institutions patrimoniales en Grande Bretagne, en Italie et aux Etats-Unis, Anna Briggs prépare une thèse à l’Université François-Rabelais à Tours sous la direction de Valérie Vignaux, sur la manière dont sont conservés et exploités les films de « non fiction » à travers le monde (notion anglo-saxonne). Elle se rend en Inde dès le mois de novembre pour effectuer une enquête de terrain sur les archives indiennes dans le cadre de sa thèse. Nous rendrons compte de son travail sur le film de Jean Rousselot et celui de Wylbert Kemp à son retour en France.

http://www.ciclic.fr/actualites/la-touraine-new-delhi

Journées de l’AFRHC : 28 et 29 novembre 2014

justicedétoure

L’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma, pour ses trente ans d’activités, organise deux journées d’études présentant et interrogeant les orientations actuelles de la recherche en histoire du cinéma.

“L’histoire du cinéma à l’« ère numérique » : quels enjeux contemporains, quelles perspectives actuelles ?”

28 et 29 novembre 2014

INHA, Auditorium
2 rue Vivienne – 75002 Paris

Le programme ci-dessous :
30Ans_AFRHC

Critique / cinéphilie / ciné-club

Actes du colloque Le texte critique, expérimenter le théâtre et le cinéma, XXe-XXIe siècles, publié aux Presses universitaires François-Rabelais de Tours, et dirigé par Valérie Vignaux et Marion Chénetier-Alev, dans lequel on trouve plusieurs études ayant trait à la cinéphilie, aux ciné-clubs, à la démocratisation culturelle par le biais des amateurs et à la critique comme émancipation.

http://pufr-editions.fr/livre/texte-critique-exp%C3%A9rimenter-th%C3%A9%C3%A2tre-et-cin%C3%A9ma-aux-xxe-xxie-si%C3%A8cles

IC-VignauxCritique

le sommaire
PUFR – Le texte critique. Expérimenter le théâtre et le cinéma aux XXe-XXIe siècles

Célestin Freinet et le cinéma

Étude intitulée « Célestin Freinet et le cinéma ou le cinéma français et l’éducation nouvelle (1927-1939) », parue dans Philippe Bourdier (dir.), Actes du colloque « Images à l’école, image de l’école, 1880-1960 », IUFM Centre Val de Loire/Musée de l’école d’Eure-et-Loir, 2011.


Document ci-dessous:

VVignaux_Freinet

freinet-1928

Étude d’une filmographie amateur – C. Muller

Étude de l’oeuvre de Clothilde Muller-Libeski, conservée au Centre national de l’audiovisuel du Luxembourg

« Le cinéma est-il un jeu d’enfant: les films de famille de Clothilde Muller-Libeski »

« Is Cinéma Child’s Play ? The Family Films of Clothilde Muller-Libeski », in Sonja Kmec & Viviane Thill (ed.), Private Eyes and the Public Gaze : The Manipulation and Valorisation of Amateur Images, Kliomedia Gmbh, Trier, 2009, pp. 53-59.
présentée au cours du colloque

9783898901369

Fichier en français et en pdf :
VVignaux_Luxembourg

Compte-rendu de la conférence à cette adresse :
http://www.woxx.lu/id_article/2550

Compte-rendu de l’ouvrage à cette adresse :
http://culturevisuelle.org/blog/3702

Séminaire « Les adultes et l’éducation populaire par le cinéma (1899-1946) »

Les travaux du Groupe d’étude – Histoire de la formation d’adultes (GEHFA) ont conduit récemment à la publication d’un ouvrage collectif : L’image dans l’histoire de la formation des adultes, Françoise F. Laot (dir.), Paris, L’Harmattan, coll. Histoire et mémoire de la formation, 2010. Dans la continuité de cette recherche, le GEHFA organise un cycle de séminaires sur l’éducation populaire des adultes par le cinéma.

En France, dans la première moitié du XXème siècle, les associations laïques et confessionnelles ont eu pour ambition d’encadrer les loisirs des adultes. Dans cette perspective, elles ont notamment instauré de vastes réseaux d’éducation des publics d’adultes au moyen du cinéma : le fameux « cinéma éducateur ». Ce cinéma éducatif se constituait comme une véritable alternative au cinéma commercial que les éducateurs considéraient démoralisant. Il était par ailleurs distinct du mouvement des ciné-clubs, dans la mesure où il programmait des films de tout venant. A partir du milieu des années 1950, le cinéma éducateur fut éclipsé par la cinéphilie, c’est pourquoi nous avons choisi de circonscrire notre recherche à la première moitié du XXème siècle.

Ce cycle a pour objectif d’explorer la diversité des actions de ce cinéma d’éducation populaire à l’attention des adultes et d’interroger ses multiples fonctions en tant qu’il enseigne, éduque, forme et propage tout à la fois. La problématique générale qui consiste à se demander pourquoi et comment les dispositifs d’éducation par le cinéma se sont adaptés aux publics d’adultes sera abordée selon trois axes :

1. Le rôle des organisations étatiques ou paraétatiques dans l’éducation populaire des adultes par le cinéma (le ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, le ministère de l’Agriculture, le Comité national de défense contre la tuberculose, l’Office national d’hygiène social, l’Union française des offices du cinéma éducateur laïque); l’importance du cinéma de Jean Benoit-Lévy dans le réseau du cinéma éducateur.

2. Les actions de formation des adultes par le cinéma dans leur diversité thématique : la propagande hygiéniste (lutte contre la mortalité infantile, les maladies vénériennes, la tuberculose, le taudis), l’éducation à la citoyenneté, l’éducation économique et sociale, la formation professionnelle.

3. Le cinéma éducateur, un cinéma qui se situe à la frontière entre enseignement, éducation et propagande : la prise en compte de la diversité des publics d’adultes (hommes / femmes, espaces urbains / ruraux), la lutte entre œuvres laïques et confessionnelles, le rôle de Joseph Brenier dans la structuration des loisirs dirigés, la propagande dans l’espace colonial, les politiques d’éducation des adultes par le cinéma dans le monde.

1ère séance : Mardi 4 octobre 2011 / 15h30-17h30
Éducation populaire et images animées dans l’entre-deux-guerres en France : l’œuvre cinématographique de Jean Benoit-Lévy
Intervenante : Valérie Vignaux, maître de conférences, habilitée à diriger les recherches,à l’université François-Rabelais de Tours.

Au cours de cette séance on s’intéressera à la façon dont l’étude de l’œuvre cinématographique de Jean Benoit-Lévy (composée de plus de trois cents films, courts moyens mais aussi longs métrages) a permis de retracer des politiques publiques en faveur d’une production de films destinés à l’éducation populaire, sous-tendue par la mise en place de modes de diffusion, l’ensemble fonction de représentations sociales spécifiques à la période.
A partir d’exemples empruntés aux films on montrera les difficultés épistémologiques d’une telle entreprise. En effet, outre le fait qu’il a fallu restituer des activités, des mentalités et des vocables aujourd’hui révolus, il s’agissait aussi de passer outre, en les interrogeant, les discours dévalorisants qui accompagnent le cinéma éducateur depuis les années soixante-dix.
L’œuvre cinématographique de Jean Benoit-Lévy, restituée dans toute sa complexité économique, institutionnelle mais aussi esthétique, a ainsi démontré l’amplitude et l’importance sociale d’emplois éducateurs du cinéma dans l’entre-deux-guerres en France. Or, en retrouvant un temps de l’histoire d’usages non commerciaux du cinéma en France on était également conduite à repenser les activités cinéphiliques de l’après seconde guerre. Ainsi, se découvre une autre histoire du cinéma en France, histoire en cours d’écriture.

2e séance : Mardi 6 décembre 2011 / 17h-19h
Former aux métiers du cinéma dans les années 20 en France :
projectionniste et directeur de salle
Intervenant : Philippe Bourdier, maître de conférences en arts à l’Université d’Orléans,est spécialiste de la didactique des images et des textes en réception scolaire.

L’intervention mettra en évidence les choix didactiques des manuels de formation professionnelle pour les opérateurs projectionnistes dans les années 1920-1930. Quelles conceptions les discours verbaux et iconiques de ces manuels trahissent-ils du spectacle cinématographique, de la projection de films comme expérience, mais aussi de la formation professionnelle ?

3e séance : Mardi 7 février 2012 / 15h30-17h30
Le cinéma d’éducation laïque dans l’entre-deux-guerres :
à la croisée du politique et de l’associatif
Intervenante : Nathalie Sévilla est Maître de conférences en STAPS à l’IUFM de Lorraine, membre du Centre de recherche universitaire lorrain d’Histoire, Université Paul Verlaine-Metz.

Dans l’entre-deux-guerres, le monde éducatif, dont la Ligue de l’Enseignement, s’approprie le nouveau vecteur culturel qu’est le cinéma. Faute d’une prise en charge du cinéma d’enseignement et d’éducation par l’État, la Ligue confédérale, sous l’impulsion de Joseph Brenier, opte et œuvre pour le développement et le regroupement des offices du cinéma éducateur en son sein par la création de l’Union française des œuvres du cinéma éducateur laïque (UFOCEL). L’homme a su rallier et structurer un ensemble d’initiatives privées pour répondre aussi à la concurrence du cinéma catholique. Force d’actions, de coordination et de propositions dans ce domaine, la Ligue œuvre par ce vecteur à la formation (civique, professionnelle, culturelle) mais aussi à la laïcisation des jeunes adultes. Elle agit comme un groupe de pression pour que l’État définisse une véritable “ politique culturelle ” du cinéma d’enseignement et d’éducation, au sens où l’entend Pascal Ory : médiation, création et organisation. Joseph Brenier souhaite mener le projet plus loin : intégrer l’UFOCEL dans le giron de l’Education nationale pour un ministère au service de la formation de tous les publics dans les domaines social et culturel. L’analyse du profil des responsables des offices, bien souvent cadres de l’Éducation nationale, témoignent de leurs engagements pluriels (politique, laïque, associatif ou maçonnique). L’organisation se place aussi dans les structures internationales avec le souci de promouvoir les échanges avec l’étranger dans une perspective pacifiste. Elle invite l’industrie française à ne pas s’enfermer dans la production d’un format national. Par une politique de la présence, elle veille, à son niveau, sur l’ingérence potentielle des pays non démocratiques au sein de la SDN.

Cinéma(s) en didactique(s) – Journée d’études – Tours


Le 21 octobre 2011 s’est déroulée à Tours, une première journée d’études consacrées aux usages didactiques du cinéma au XXe siècle.

Cette journée a réuni une dizaine de chercheurs venus d’horizons disciplinaires multiples, sciences de l’information et de la communication, histoire contemporaine, études cinématographiques, histoire du cinéma, etc.

Elle a interrogé les relations entre cinéma et didactique à partir de trois axes : institutions, médias et médiateurs, et s’efforce de penser ensemble des sujets généralement dissociés, comme cinéma d’auteur et médiations.

Le programme ci-dessous

ProgrammeDidac

Cinéma-école

Didier Nourrisson, Paul Jeunet (dir.), Cinéma-école : aller-retour, Saint-Etienne, Presses de l’université de Saint-Etienne, 2001, 278 p.

Depuis sa naissance, le cinéma, art majeur du XXème siècle, vecteur culturel et médiatique en même temps que secteur économique à forte charge symbolique, n’a cessé d’entretenir avec l’Ecole (de la Maternelle à l’université) des rapports marqués par l’ambiguïté, tant par l’image peu satisfaisante, voir caricaturale qu’il a donnée de l’institution scolaire que par l’utilisation médiatique méfiante que celle-ci en a fait depuis longtemps.

Le cinéma peut se présenter alternativement ou simultanément comme un enjeu pédagogique de premier plan et/ou comme un objet de défiance et de débat.

Le colloque qui s’est tenu en novembre 2000 a Saint-Étienne, une capitale du cinéma éducateur, a tenté de faire le point sur ces drôles de rapports entre l’acte filmique et l’acte éducatif . Il a réuni pour cela des pédagogues, des historiens, des sociologues, des professionnels du cinéma.

Images et pédagogie : discours, débats, polémiques

Images et pédagogie : discours, débats, polémiques, journée d’études organisée par Annie Renonciat, 18 mars 2009, INRP de Lyon

Le propos de cette journée d’études est de comprendre les débats contemporains, leurs enjeux et leurs énoncés, à la lumière de l’histoire longue des discours liés à l’image pédagogique et à ses évolutions, de l’imprimé au numérique. Il se décline en trois axes : retourner aux origines de ces discours afin d’appréhender leurs sources philosophiques et/ou religieuses ; étudier leurs formulations récurrentes ; repérer parallèlement l’émergence de problématiques spécifiques, liées à un contexte social, institutionnel et/ou historique, ou, plus précisément, aux particularités (techniques, sémantiques, etc.) de chacun de ces médias.

Programme et présentation ici.

Images à l’école, image de l’école : 1880-1960

Philippe Bourdier, dir., Images à l’école, image de l’école : 1880-1960, Chartres, Musée de l’école, 107 p.
[Actes du colloque du 17 mars 2010 à Chartres, consacré à l’histoire des pratiques pédagogiques au moyen des images dans le système scolaire français : caractérisation des usages pédagogiques, analyse des fonds du Musée national pédagogique de Rouen, évocation des dispositifs de projection à l’aide des lanternes magiques, étude de la filiation littéraire et iconographique dans la littérature de jeunesse autour de la figure de Jeanne d’Arc, analyse de l’essor de l’enseignement par le cinéma ainsi que de celui du cinéma lui-même dans les courants de l’éducation populaire, laïque (C. Freinet) et catholique (Film et jeunesse). Contributions d’Antoine Prost, Sophie Bataille, Michel Manson, Yves Gaulupeau, Valérie Vignaux et Philippe Bourdier].

programme du colloque