Archives de catégorie : Bibliographies

Auguste Bessou et rapport de la Commission extraparlementaire

Le rapport de la Commission extraparlementaire chargée d’étudier les moyens de généraliser l’application du cinématographe dans les différentes branches de l’enseignement, dit Rapport Bessou a été numérisé par Gallica.

Commission nommée en 1915 et dont le rapport publié en 1920 sera à l’origine du développement du cinéma éducateur.

commission_extraparlementaire_chargee_detudier_les_-bessou_auguste_bpt6k5651814x

On trouve à cette adresse une présentation biographique d’Auguste Bessou :
http://www.charlesfourier.fr/spip.php?article1060

Christophe Gauthier – A l’école de la mémoire

Mémoire pour l’obtention du diplôme de conservateur de bibliothèque, rédigé par Christophe Gauthier, sous la direction de Pascal Ory, et intitulé :

A L’ÉCOLE DE LA MÉMOIRE
La constitution d’un réseau de cinémathèques en milieu scolaire
(1899-1928)

C’est dans le contexte plus général d’une étude sur 1’eclosion du patrimoine et de l’histoire du cinéma que s’inscrit ce mémoire. Après un bref aperçu de 1’evolution du cinéma scolaire avant la Première guerre mondiale, il apparaît que le souci de conserver les films est lie a leur nécessaire communication auprès des enseignants. De la vient la constitution d’un réseau de cinémathèques scolaires dans le courant des années 1920, qui
des avant la généralisation du parlant couvrait une majeure partie du territoire national.

Gauthier_a-l-ecole-de-la-memoire-la-constitution-d-un-reseau-de-cinematheques-en-milieu-scolaire-1899-1928

La Ligue de l’enseignement et le cinéma

La Ligue de l’enseignement et le cinéma – Une histoire de l’éducation à l’image (1945-1989)

De 1945 à 1989, la Ligue de l’enseignement a orchestré un vaste mouvement d’éducation populaire par et au cinéma au sein de l’Union française des œuvres laïques d’éducation par l’image et le son (UFOLEIS). Cet ouvrage interroge sa politique d’éducation artistique et culturelle, notamment les films programmés dans son réseau de ciné-clubs, sa production éditoriale (édition d’Image et son – la Revue du cinéma et de nombreux livres sur le cinéma et les autres médias) et ses dispositifs d’éducation et de formation (organisation de stages et de festivals). Il est enrichi d’une centaine d’illustrations ainsi que de la réédition d’articles qui ont marqué l’histoire de l’éducation cinématographique.

Coordination : Pascal Laborderie, maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’université de Reims, et Léo Souillés-Débats, maître de conférences en Études cinématographiques à l’université de Lorraine, en collaboration avec Frédéric Gimello-Mesplomb, professeur de Sciences de l’information et de la communication à l’université d’Avignon.

Contributeurs : F. Albera, C. Bonah, P. Bourdier, P. Clément, L. Dagneaux, J. Danet, A. Gallois, L. Garreau, P.-L. Gauthier, F. Gimello-Mesplomb, R. Hamery, P. Laborderie, S. Layerle, M. Marie, R. Odin, N. Palluau, D. Sauvaget, L. Souillés-Debats et C. Taillibert.

Direction éditoriale : Valérie Vignaux

Vous trouverez ci-dessous la présentation de l’ouvrage ainsi que son sommaire.

SommaireLigue
http://www.afrhc.fr/2016/05/la-ligue-de-lenseignement-et-le-cinema/

Cinéma amateur – CICLIC

A l’occasion des dix ans de sa mission concernant le patrimoine cinématographique et audiovisuel de la région, Ciclic a demandé à Valérie VIGNAUX son point de vue sur les collections de « films amateurs ». Elle propose ici un dépassement des paradigmes habituels liés à la catégorisation sociale, à l’approche technique ou commerciale et contribue à faire savoir que les collections de l’agence ne sont pas seulement constituées de films de famille mais aussi de témoignages documentaires, de démarches pédagogiques ou militantes.

Le texte « Du cinéma amateur à l’amateur cinéaste » est à lire à cette adresse :
http://www.ciclic.fr/ciclic-celebre-10-ans-de-memoire-filmeevisuel10ans

Pathé-Baby – Mémoire de M2, de Elvira Shahmiri

Elvira Shahmiri a soutenu en 2015 un mémoire de M2 Recherches Cinéma « Histoire, théories, archives », sur « Le cinéma burlesque par le Pathé-Baby – la diffusion d’un genre cinématographique en format 9mm5
durant l’entre-deux-guerres », sous la direction de Dimitri Vezyroglou, à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne – UFR 03 – Histoire de l’art et de l’archéologie.

Ce mémoire disponible ici, en deux volumes, s’appuie entre autres sur des archives de la Fondation Pathé.

Elvira Shahmiri, Pathé-Baby, vol.1
Elivra Shahmiri, PatheBaby, Vol.2

Léon Moussinac

Léon Moussinac (1890-1964) est un des intellectuels communistes français majeurs de la première moitié du XXe siècle. Critique de théâtre, de cinéma, des arts décoratifs, ses réflexions s’inscrivent dans le courant de l’Art social. Après avoir endossé des responsabilités éditoriales dans nombre de revues, puisqu’il est secrétaire de rédaction d’Art et Décoration, rédacteur en chef de Comœdia illustré, il crée la rubrique cinématographique du Mercure de France puis celle de l’Humanité. Aux côtés d’Henri Barbusse et de Paul Vaillant-Couturier, il s’engage dans des actions de démocratisation culturelle et artistique, tels les Amis de Spartacus, premier ciné-club de masse, ou l’Association des Écrivains et des Artistes Révolutionnaires, organisation qui prélude au rassemblement des intellectuels contre le fascisme. Arrêté pour ses opinions politiques en 1940, libéré en 1941, il entre en Résistance. Aux lendemains de la Guerre, devenu directeur d’écoles supérieures (l’IDHEC et l’EnsAD), Moussinac poursuit une œuvre personnelle, publiant des recueils de poésies, des romans ou nouvelles, des ouvrages consacrés aux arts décoratifs, au cinéma et au théâtre.

Cet ensemble, dirigé par Valérie Vignaux, avec la collaboration de François Albera, associe un volume d’études et une anthologie de textes. Il a l’ambition et l’originalité d’aborder sans hiérarchie les différents domaines dans lesquels Moussinac a œuvré.

Le premier volume, intitulé Léon Moussinac, un intellectuel communiste, préfacé par Pascal Ory, réunit les contributions de spécialistes reconnus du cinéma, du théâtre, de la musique, de la littérature ou de la poésie, tels François Albera, Marie-Cécile Bouju, Vincent Casanova, Léonor Delaunay, Céline Gailleurd, Bert Hogenkamp, Laurent Le Forestier, Jean-Baptiste Para, Romain Piana, Valérie Pozner, Laurent Véray, Guillaume Vernet et Valérie Vignaux.

Il est complété d’un second volume constitué d’une anthologie de textes intitulé Léon Moussinac, critique et théoricien des arts qui, s’il rassemble en majorité des critiques ayant pour sujet le cinéma, comprend également un choix d’articles dédiés aux arts décoratifs, au théâtre ou à la musique. Études et textes qui aident à saisir la trajectoire intellectuelle de Moussinac.

Le coffret comprenant le volume d’études et l’anthologie, Un intellectuel communiste, Léon Moussinac, critique et théoricien des arts : (472 p. + 541 p.) : 48 €
Le volume d’études, Léon Moussinac, un intellectuel communiste, 472 p., 24€
L’anthologie critique, Léon Moussinac, critique et théoricien des arts : 541 p., 24€

www.afrhc.fr

Couv_COFFRET_MOUSSINAC

Démocratisation de la culture en France

Article de référence en ligne de Laurent Martin

Laurent Martin, « La démocratisation de la culture en France. Une ambition obsolète ? » in Démocratiser la culture. Une histoire comparée des politiques culturelles, sous la direction de Laurent Martin et Philippe Poirrier, Territoires contemporains, nouvelle série – 5 – mis en ligne le 18 avril 2013.

http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/Democratiser_culture/Laurent_Martin.html

André Guillain : Henri Wallon et l’Institut de Filmologie

Cette étude analyse tout d’abord les articles que Henri Wallon a consacrés à la filmologie entre 1947 et 1957. Ils portent essentiellement sur les mécanismes psychologiques de la perception et de la compréhension du film chez l’enfant et l’adulte. Cette conception de la filmologie est ensuite replacée dans le vaste mouvement international dont les recherches sont publiées, à partir de 1947, dans la Revue Internationale de Filmologie. Cette seconde analyse permet d’y repérer quelques thèmes récurrents : la filmologie comme approche interdisciplinaire où prédomine cependant la psychologie ; la perception et l’impression de réalité au cinéma ; le langage cinématographique ; l’hypnose et le transfert au cinéma ; la production enfin de l’émotion esthétique par les images de mouvements qui exigent de nouvelles accommodations posturales, sensorielles et mentales.

http://1895.revues.org/4459

Raoul et Jacqueline Dubois

Les_dubois

Inventaire du fonds Raoul et Jacqueline Dubois

Archives départementales Val de Marne

Raoul Dubois est né à Paris le 30 décembre 1922, d’un père employé de l’octroi qui décède avant ses 3 ans et d’une mère couturière. En 1938, il entre au patronage laïque du XIe arrondissement et à l’École normale d’instituteurs de la Seine : il devient à seize ans le plus jeune instituteur de France, instituteur puis professeur des collèges en lettres-histoire de 1953 jusqu’à sa retraite en 1978. Toute son activité est orientée vers l’enfance et les activités éducatives et culturelles. Par ailleurs, il milite à la Confédération générale du travail
(CGT), au Parti communiste français (PCF) et à l’association des Amis de la Commune. Raoul Dubois décède le 22 décembre 2004.

Raoul Dubois participe au lancement des Francs et franches camarades (FFC) en 1944 et en devient un des premiers permanents. Il le reste jusqu’en 1953, tout en demeurant un des principaux dirigeants de cette association jusqu’à la fin de sa vie (il est secrétaire adjoint puis vice-président du comité directeur et du bureau de la fédération de 1955 à 1988). Il participe avec Fernand Bouteille à la création de la revue Jeunes années, et devient membre du comité de rédaction et directeur de 1982 à 1984.

Très intéressé par le cinéma éducatif, il fonde en janvier 1947 le Comité français du cinéma pour la jeunesse (CFCJ) avec Henri Wallon et Charles Dautricourt. Il joue également un rôle important dans la littérature pour la jeunesse au sein du Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse (CRILJ). Jacqueline et Raoul Dubois y sont militants depuis sa création en 1962. Raoul Dubois est un des fondateurs et vice-présidents de l’association réactivée en 1972. Il participe à la Section française de l’Union internationale des livres pour la jeunesse (UILJ/IBBY). Il œuvre aussi à la Fédération des œuvres laïques (FOL), Ciné-Liberté, la Fédération française des ciné-clubs (FFCC).

Jacqueline Dubois est née en 1924 à Jalesches dans la Creuse et décédée à l’Absie (Deux-Sèvres) en 2010. Fille d’une institutrice, Maximilienne Murgier très engagée dans le parti communiste, elle porte le nom de son beau-père d’origine hongroise, Sinétar. Jacqueline Sinétar est institutrice à l’école maternelle et primaire 65
– 67 rue Simon Bolivar à Paris dans le XIXe arrondissement puis directrice d’école jusqu’à sa retraite en 1979. Elle rencontre Raoul Dubois en 1945 dans une manifestation de défense de l’école laïque. Ils se marient à Paris en juillet 1949 et s’installent rue des Pyrénées dans le XIXe arrondissement. Militante communiste, elle fait partie de la commission des activités scolaires et de l’enfance de l’Union des femmes françaises entre 1957 et 1966. Elle joue un rôle actif au Comité français du cinéma pour la jeunesse (CFCJ) et participe à la revue Ciné-jeunes de 1955 à 1989. Elle est également trésorière de l’Association théâtre enfance jeunesse (ATEJ), et milite avec son mari au Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse (CRILJ), dont elle fut la première trésorière en 1963. Raoul Dubois participe au comité de défense de la presse et de la littérature enfantine créé en juillet 1949 à l’appel de l’Union des femmes françaises, qui est l’un des mouvements de pression soutenant la loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse ainsi que le projet de loi destinée à protéger les auteurs et dessinateurs français des publications américaines. Il est membre, au titre de représentant des Francs et franches camarades, de la Commission de contrôle et de surveillance des publications destinées à la jeunesse et l’adolescence, de 1950 à 1988.

cine-jeunes-n-58-bibliographie-cinema-enfance-et-jeunesse-921980351_ML

Inventaire des fonds du PAJEP –