Archives de catégorie : Cinéma militant

Cinéma éducateur de Lyon

Office régional du cinéma éducateur de Lyon

EUROPA FILM TREASURES,8 min

En 1924, le Cinéma Scolaire de Lyon devient Office Régional du Cinéma Educateur. Nous découvrons les acteurs de cette organisation, son ampleur géographique qui s’étend sur douze départements, ses locaux, et son activité : l’envoi de « programmes » cinématographiques dans les écoles et les campagnes.
Cette initiative est portée par un militant charismatique, fervent défenseur des valeurs républicaines, Gustave Cauvin, qui réalise ce film.

En France, ce sont les Ministères de l’Agriculture, de l’Armée et de l’Instruction publique qui sont les premiers à reconnaître et institutionnaliser la valeur pédagogique du cinéma. Après la Première guerre mondiale, les films font leur apparition dans les écoles françaises. Outils éducatifs, ils complètent ou illustrent la leçon de l’instituteur. Les municipalités soutiennent ce développement, en créant leur propre « Cinéma scolaire ». Celui de Lyon voit le jour en 1921, défendu par le maire Edouard Herriot (1872-1957) que l’on voit à l’image.

Personnalité charismatique et engagée, Gustave Cauvin (1886-1851) est aussi à l’origine de la création de cette structure, qu’il transformera en 1924, en Office Régional du Cinéma Educateur de Lyon (ORCEL). C’est dans les années qui suivent cette évolution qu’il réalise ce film, dont ne subsiste que la première partie. Gustave Cauvin croit profondément en la puissance éducative de l’image, qui peut guérir le peuple de fléaux sociaux tels que l’alcoolisme, les maladies, ou la violence. Cet espoir social est au fondement de l’idéologie de l’ORCEL.

Les Offices régionaux du cinéma éducateur sont des associations laïques, qui diffusent des programmes cinématographiques pour les séances scolaires, mais aussi pour des projections dans les amicales ou foyers des campagnes. Le cinéma éducateur oeuvre pour l’évolution des pratiques en termes de citoyenneté et d’hygiène sociale : dès lors, les films d’enseignement représentent, dans les années 1920, la majorité des contenus diffusés. Mais la fiction, la comédie et le spectacle forment aussi une part considérable des programmes, et augmentent la popularité des séances récréatives. Les offices achètent ces bobines à des revendeurs de films en stock, profession aujourd’hui disparue pour des raisons juridiques évidentes ! Ainsi, lorsque les salles commerciales ne proposeront plus que des films parlants, le cinéma muet continuera à trouver son public dans les campagnes…

Ce film appartient aux collections de la CINEMATHEQUE DE TOULOUSE.

http://cinema.arte.tv/fr/office-regional-du-cinema-educateur-de-lyon

Colloque la Ligue de l’enseignement et le cinéma

Les 13 et 14 novembre 2015, colloque consacré à la Ligue de l’enseignement et le cinéma, organisé par Frédéric Gimello-Mesplomb (Université d’Avignon), Pascal Laborderie (Université de Reims-Champagne Ardenne), Gérard Le Cann (Ligue de l’enseignement de Basse-Normandie), Léo Souillés-Debats (Université de Lorraine).

Ce colloque est consacré aux activités d’éducation à l’image mises en oeuvre par La Ligue de l’enseignement de 1945 à 1989 dans le réseau de l’Union française des oeuvres laïques d’éducation par l’image et le son (Ufoleis). Durant l’âge d’or des ciné-clubs, l’Ufoleis avait un rayonnement considérable puisque plus de 80 % des ciné-clubs lui étaient affiliés. Surtout, elle fut à l’initiative de nombreux dispositifs pédagogiques : festivals, télé-clubs, édition de revues, d’ouvrages et de supports pédagogiques sur le cinéma, stages de formation des enseignants, productions cinématographiques, ateliers audiovisuels. À l’heure où l’éducation artistique et culturelle est réaffirmée comme un fondement de la politique culturelle, ce colloque ambitionne d’étudier ces divers dispositifs d’éducation cinématographique qui demeurent aujourd’hui peu abordés en sociologie, en histoire, en sciences de l’information et de la communication ou en sciences de l’éducation et de la formation pour adultes. Cet état des lieux des connaissances permettra de mettre en perspective le sens donné aujourd’hui à l’introduction de l’éducation aux images dans la politique culturelle et permettra de poser l’hypothèse d’une possible refondation de l’éducation
populaire par l’image et le son.

Ce colloque bénéficie du soutien de l’AFRHC et plusieurs de ses membres y interviennent.

Programme ci-dessous.

programme_colloque_UFOLEIS

Journée d’études – Cinémas d’éducation populaire

Cinémas d’éducation populaire. Pratiques cinématographiques en terrain non commercial après 1945

samedi 14 mars 2015 – Galerie Colbert, salle Jullian

Comité scientifique : Roxane Hamery (Université Rennes 2), Laurent Le Forestier (Université Rennes 2), Mélisande Leventopoulos (Université Paris 8), Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine), Sylvie Lindeperg (Université Paris 1), Gaël Péton (Université Paris 1), Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1). Les Trois Lumières et l’HICSA.

Comité d’organisation : Mélisande Leventopoulos, post-doctorante, Labex Arts H2H, Université Paris 8. Gaël Péton, doctorant, HiCSA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Programme

9h15 / Introduction : Mélisande Leventopoulos et Gaël Péton, organisateurs de la journée d’études

Redéploiement d’un champ d’intervention après-guerre
Modération : Mélisande Leventopoulos (Labex Arts-H2H)

9h30 / Pascal Laborderie (Université de Reims)
La Ligue de l’enseignement et l’aménagement d’un territoire culturel, politique et juridique au cinéma d’éducation populaire (1916-1955)
9h55 / Léo Souillés-Debats (Université de Lorraine)
Cinéma éducateur, éducation populaire et ciné-clubs à la Libération : la constitution d’une offre de formation par et pour le cinéma à l’attention des animateurs
10h20 / Valérie Vignaux (Université de Tours)
Georges Sadoul, secrétaire général de la Fédération française des ciné-clubs ou cinéphilie versus éducation populaire ?

11h15 / Pause

Construction et circulation des savoirs
Modération : Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine)

11h30 / Gaël Péton (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Joffre Dumazedier, les télé-clubs et le cinéma : les promesses de la « culture populaire » en milieu rural (1953-1955)
11h55 / Laurent Le Forestier (Université Rennes 2)
Entre mémoire et objectivation. Transmettre une histoire autre dans Éducation et cinéma (1954-1959)

12h40 / Pause

Expériences et itinéraires d’animateurs
Modération : Tangui Perron (chargé du patrimoine audiovisuel à Périphérie)

13h45 / Christian Chevandier et Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1)
Un ciné-club syndical dans les années 1960 : l’action culturelle de la CGT-PTT du Rhône
14h15 / Sébastien Layerle (Université Paris 3) et Monique Martineau-Hennebelle (directrice de publication de CinémAction)
Lire, voir, transmettre : Guy Hennebelle et Monique Martineau, le cinéma comme outil de formation (France-Belgique-Algérie, 1956-1968)

Encadrement de la jeunesse
Modération : Perrine Boutin (Université Paris 3)

15h15 / Roxane Hamery (Université Rennes 2)
La justice des mineurs et les ciné-clubs de jeunes dans l’après Seconde guerre mondiale : un modèle préventif et correctif de la délinquance
15h40 / Marina Vidal-Naquet (Université Paris-Ouest Nanterre)
Fernand Deligny, la Grande Cordée et « La caméra outil pédagogique » (1955) : histoire d’un film collectif à faire

16h25 / Pause

Archives

16h45 / Mélisande Leventopoulos et Gaël Péton
De nouvelles sources pour l’histoire des cinémas d’éducation populaire : les versements de la Jeunesse et des Sports et les archives Pierre Kneubühler
17h15 / Alain Carou (BnF) et Hélène Fleckinger (Université Paris 8)
Pratiques et patrimoine de la vidéo en éducation populaire : premiers repérages

18h15 / Conclusion : Jean-Marc Leveratto

Programme ci-dessous.
Plaquette_JE_14_MARS_2015_web-1

La Ligue de l’enseignement et le cinéma

La Ligue de l’enseignement et le cinéma – Une histoire de l’éducation à l’image (1945-1989)

De 1945 à 1989, la Ligue de l’enseignement a orchestré un vaste mouvement d’éducation populaire par et au cinéma au sein de l’Union française des œuvres laïques d’éducation par l’image et le son (UFOLEIS). Cet ouvrage interroge sa politique d’éducation artistique et culturelle, notamment les films programmés dans son réseau de ciné-clubs, sa production éditoriale (édition d’Image et son – la Revue du cinéma et de nombreux livres sur le cinéma et les autres médias) et ses dispositifs d’éducation et de formation (organisation de stages et de festivals). Il est enrichi d’une centaine d’illustrations ainsi que de la réédition d’articles qui ont marqué l’histoire de l’éducation cinématographique.

Coordination : Pascal Laborderie, maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’université de Reims, et Léo Souillés-Débats, maître de conférences en Études cinématographiques à l’université de Lorraine, en collaboration avec Frédéric Gimello-Mesplomb, professeur de Sciences de l’information et de la communication à l’université d’Avignon.

Contributeurs : F. Albera, C. Bonah, P. Bourdier, P. Clément, L. Dagneaux, J. Danet, A. Gallois, L. Garreau, P.-L. Gauthier, F. Gimello-Mesplomb, R. Hamery, P. Laborderie, S. Layerle, M. Marie, R. Odin, N. Palluau, D. Sauvaget, L. Souillés-Debats et C. Taillibert.

Direction éditoriale : Valérie Vignaux

Vous trouverez ci-dessous la présentation de l’ouvrage ainsi que son sommaire.

SommaireLigue
http://www.afrhc.fr/2016/05/la-ligue-de-lenseignement-et-le-cinema/

Georges Sadoul – Regards et Ciné-Liberté

PhotoArme

Valérie Vignaux, membre du laboratoire, interviendra le 25 mars prochain à l’occasion d’une journée d’études intitulée « La photographie comme arme. Photographie sociale et documentaire dans les années 1930 » organisée dans le cadre du projet « Captures du monde social. Photographie sociale et documentaire des années 1930 » (Labex Arts H2H), mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou.

L’événement se tiendra à Paris, à l’Institut national d’histoire de l’art, salle Giorgio Vasari.

Le programme détaillé est à télécharger par ici : Photographie_programme-labex_V2

Et l’affiche par là : Photographie-affiche-V2

Toutes les informations pratiques sont également à retrouver sur: http://www.labex-arts-h2h.fr/fr/la-photographie-comme-arme-1095.html

Cinéma militant – Ciné-Liberté

Intervention lors du colloque international consacré au Cinéma français et le Front populaire qui se déroule à l’Assemblée nationale, le 8 juin 2016.

Dans la France troublée des années 1930 (crises économiques à répétition, scandales politiques, montées du fascisme), le cinéma est l’objet de mutations inédites. Média populaire par excellence, le cinéma devient alors le mode d’expression privilégié d’un engagement politique, pour et par le peuple. Les gauches s’en emparent avec le Front Populaire (1936-1938), produisant et diffusant des films militants. Vu comme un moyen de « développer le progrès social » (Marceau Pivert), révélateur des conflits entre patriarcat et monde ouvrier, le cinéma dès 1936 capte aussi un certain « air du temps » : foi en la lutte des classes, solidarité et engagement sont les valeurs défendues par les films.

Des historiens, du cinéma ou de la photographie, des spécialistes des archives, reviendront le 8 juin, sur le cinéma du Front populaire. Vous trouverez le détail des interventions dans le programme ci-dessous.

<a href="http://2016-05-17_573b010a33c78_LeFrontpopulaireetlecinemafrancais_Programme« >Programme :

Mercredi 8 juin 2016, Assemblée Nationale, Paris
Organisé par le Centre National de l’image animée (CNC) et l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

ouverture-du-colloque-le-front-populaire-et-le-cinema-francais

Léon Moussinac

Léon Moussinac (1890-1964) est un des intellectuels communistes français majeurs de la première moitié du XXe siècle. Critique de théâtre, de cinéma, des arts décoratifs, ses réflexions s’inscrivent dans le courant de l’Art social. Après avoir endossé des responsabilités éditoriales dans nombre de revues, puisqu’il est secrétaire de rédaction d’Art et Décoration, rédacteur en chef de Comœdia illustré, il crée la rubrique cinématographique du Mercure de France puis celle de l’Humanité. Aux côtés d’Henri Barbusse et de Paul Vaillant-Couturier, il s’engage dans des actions de démocratisation culturelle et artistique, tels les Amis de Spartacus, premier ciné-club de masse, ou l’Association des Écrivains et des Artistes Révolutionnaires, organisation qui prélude au rassemblement des intellectuels contre le fascisme. Arrêté pour ses opinions politiques en 1940, libéré en 1941, il entre en Résistance. Aux lendemains de la Guerre, devenu directeur d’écoles supérieures (l’IDHEC et l’EnsAD), Moussinac poursuit une œuvre personnelle, publiant des recueils de poésies, des romans ou nouvelles, des ouvrages consacrés aux arts décoratifs, au cinéma et au théâtre.

Cet ensemble, dirigé par Valérie Vignaux, avec la collaboration de François Albera, associe un volume d’études et une anthologie de textes. Il a l’ambition et l’originalité d’aborder sans hiérarchie les différents domaines dans lesquels Moussinac a œuvré.

Le premier volume, intitulé Léon Moussinac, un intellectuel communiste, préfacé par Pascal Ory, réunit les contributions de spécialistes reconnus du cinéma, du théâtre, de la musique, de la littérature ou de la poésie, tels François Albera, Marie-Cécile Bouju, Vincent Casanova, Léonor Delaunay, Céline Gailleurd, Bert Hogenkamp, Laurent Le Forestier, Jean-Baptiste Para, Romain Piana, Valérie Pozner, Laurent Véray, Guillaume Vernet et Valérie Vignaux.

Il est complété d’un second volume constitué d’une anthologie de textes intitulé Léon Moussinac, critique et théoricien des arts qui, s’il rassemble en majorité des critiques ayant pour sujet le cinéma, comprend également un choix d’articles dédiés aux arts décoratifs, au théâtre ou à la musique. Études et textes qui aident à saisir la trajectoire intellectuelle de Moussinac.

Le coffret comprenant le volume d’études et l’anthologie, Un intellectuel communiste, Léon Moussinac, critique et théoricien des arts : (472 p. + 541 p.) : 48 €
Le volume d’études, Léon Moussinac, un intellectuel communiste, 472 p., 24€
L’anthologie critique, Léon Moussinac, critique et théoricien des arts : 541 p., 24€

www.afrhc.fr

Couv_COFFRET_MOUSSINAC

Démocratisation de la culture en France

Article de référence en ligne de Laurent Martin

Laurent Martin, « La démocratisation de la culture en France. Une ambition obsolète ? » in Démocratiser la culture. Une histoire comparée des politiques culturelles, sous la direction de Laurent Martin et Philippe Poirrier, Territoires contemporains, nouvelle série – 5 – mis en ligne le 18 avril 2013.

http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/Democratiser_culture/Laurent_Martin.html

Raoul et Jacqueline Dubois

Les_dubois

Inventaire du fonds Raoul et Jacqueline Dubois

Archives départementales Val de Marne

Raoul Dubois est né à Paris le 30 décembre 1922, d’un père employé de l’octroi qui décède avant ses 3 ans et d’une mère couturière. En 1938, il entre au patronage laïque du XIe arrondissement et à l’École normale d’instituteurs de la Seine : il devient à seize ans le plus jeune instituteur de France, instituteur puis professeur des collèges en lettres-histoire de 1953 jusqu’à sa retraite en 1978. Toute son activité est orientée vers l’enfance et les activités éducatives et culturelles. Par ailleurs, il milite à la Confédération générale du travail
(CGT), au Parti communiste français (PCF) et à l’association des Amis de la Commune. Raoul Dubois décède le 22 décembre 2004.

Raoul Dubois participe au lancement des Francs et franches camarades (FFC) en 1944 et en devient un des premiers permanents. Il le reste jusqu’en 1953, tout en demeurant un des principaux dirigeants de cette association jusqu’à la fin de sa vie (il est secrétaire adjoint puis vice-président du comité directeur et du bureau de la fédération de 1955 à 1988). Il participe avec Fernand Bouteille à la création de la revue Jeunes années, et devient membre du comité de rédaction et directeur de 1982 à 1984.

Très intéressé par le cinéma éducatif, il fonde en janvier 1947 le Comité français du cinéma pour la jeunesse (CFCJ) avec Henri Wallon et Charles Dautricourt. Il joue également un rôle important dans la littérature pour la jeunesse au sein du Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse (CRILJ). Jacqueline et Raoul Dubois y sont militants depuis sa création en 1962. Raoul Dubois est un des fondateurs et vice-présidents de l’association réactivée en 1972. Il participe à la Section française de l’Union internationale des livres pour la jeunesse (UILJ/IBBY). Il œuvre aussi à la Fédération des œuvres laïques (FOL), Ciné-Liberté, la Fédération française des ciné-clubs (FFCC).

Jacqueline Dubois est née en 1924 à Jalesches dans la Creuse et décédée à l’Absie (Deux-Sèvres) en 2010. Fille d’une institutrice, Maximilienne Murgier très engagée dans le parti communiste, elle porte le nom de son beau-père d’origine hongroise, Sinétar. Jacqueline Sinétar est institutrice à l’école maternelle et primaire 65
– 67 rue Simon Bolivar à Paris dans le XIXe arrondissement puis directrice d’école jusqu’à sa retraite en 1979. Elle rencontre Raoul Dubois en 1945 dans une manifestation de défense de l’école laïque. Ils se marient à Paris en juillet 1949 et s’installent rue des Pyrénées dans le XIXe arrondissement. Militante communiste, elle fait partie de la commission des activités scolaires et de l’enfance de l’Union des femmes françaises entre 1957 et 1966. Elle joue un rôle actif au Comité français du cinéma pour la jeunesse (CFCJ) et participe à la revue Ciné-jeunes de 1955 à 1989. Elle est également trésorière de l’Association théâtre enfance jeunesse (ATEJ), et milite avec son mari au Centre de recherche et d’information sur la littérature pour la jeunesse (CRILJ), dont elle fut la première trésorière en 1963. Raoul Dubois participe au comité de défense de la presse et de la littérature enfantine créé en juillet 1949 à l’appel de l’Union des femmes françaises, qui est l’un des mouvements de pression soutenant la loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse ainsi que le projet de loi destinée à protéger les auteurs et dessinateurs français des publications américaines. Il est membre, au titre de représentant des Francs et franches camarades, de la Commission de contrôle et de surveillance des publications destinées à la jeunesse et l’adolescence, de 1950 à 1988.

cine-jeunes-n-58-bibliographie-cinema-enfance-et-jeunesse-921980351_ML

Inventaire des fonds du PAJEP –

Jalons pour une culture audiovisuelle jeunesse

Le 13 avril 2012, dans le cadre des Matinées du patrimoine, organisée par l’association la Joie par les livres à la Bibliothèque nationale de France, conférence de Valérie Vignaux intitulée :

« Jalons pour une culture audiovisuelle jeunesse ».

Présentation de la conférence :
patrimoine_vignaux

Texte de la conférence :
Jalons pour une culture audiovisuelle jeunesse en France

CC

Critique / cinéphilie / ciné-club

Actes du colloque Le texte critique, expérimenter le théâtre et le cinéma, XXe-XXIe siècles, publié aux Presses universitaires François-Rabelais de Tours, et dirigé par Valérie Vignaux et Marion Chénetier-Alev, dans lequel on trouve plusieurs études ayant trait à la cinéphilie, aux ciné-clubs, à la démocratisation culturelle par le biais des amateurs et à la critique comme émancipation.

http://pufr-editions.fr/livre/texte-critique-exp%C3%A9rimenter-th%C3%A9%C3%A2tre-et-cin%C3%A9ma-aux-xxe-xxie-si%C3%A8cles

IC-VignauxCritique

le sommaire
PUFR – Le texte critique. Expérimenter le théâtre et le cinéma aux XXe-XXIe siècles