Archives de catégorie : Cinéma amateur

Journée d’études – Cinémas d’éducation populaire

Cinémas d’éducation populaire. Pratiques cinématographiques en terrain non commercial après 1945

samedi 14 mars 2015 – Galerie Colbert, salle Jullian

Comité scientifique : Roxane Hamery (Université Rennes 2), Laurent Le Forestier (Université Rennes 2), Mélisande Leventopoulos (Université Paris 8), Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine), Sylvie Lindeperg (Université Paris 1), Gaël Péton (Université Paris 1), Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1). Les Trois Lumières et l’HICSA.

Comité d’organisation : Mélisande Leventopoulos, post-doctorante, Labex Arts H2H, Université Paris 8. Gaël Péton, doctorant, HiCSA, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Programme

9h15 / Introduction : Mélisande Leventopoulos et Gaël Péton, organisateurs de la journée d’études

Redéploiement d’un champ d’intervention après-guerre
Modération : Mélisande Leventopoulos (Labex Arts-H2H)

9h30 / Pascal Laborderie (Université de Reims)
La Ligue de l’enseignement et l’aménagement d’un territoire culturel, politique et juridique au cinéma d’éducation populaire (1916-1955)
9h55 / Léo Souillés-Debats (Université de Lorraine)
Cinéma éducateur, éducation populaire et ciné-clubs à la Libération : la constitution d’une offre de formation par et pour le cinéma à l’attention des animateurs
10h20 / Valérie Vignaux (Université de Tours)
Georges Sadoul, secrétaire général de la Fédération française des ciné-clubs ou cinéphilie versus éducation populaire ?

11h15 / Pause

Construction et circulation des savoirs
Modération : Jean-Marc Leveratto (Université de Lorraine)

11h30 / Gaël Péton (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Joffre Dumazedier, les télé-clubs et le cinéma : les promesses de la « culture populaire » en milieu rural (1953-1955)
11h55 / Laurent Le Forestier (Université Rennes 2)
Entre mémoire et objectivation. Transmettre une histoire autre dans Éducation et cinéma (1954-1959)

12h40 / Pause

Expériences et itinéraires d’animateurs
Modération : Tangui Perron (chargé du patrimoine audiovisuel à Périphérie)

13h45 / Christian Chevandier et Dimitri Vezyroglou (Université Paris 1)
Un ciné-club syndical dans les années 1960 : l’action culturelle de la CGT-PTT du Rhône
14h15 / Sébastien Layerle (Université Paris 3) et Monique Martineau-Hennebelle (directrice de publication de CinémAction)
Lire, voir, transmettre : Guy Hennebelle et Monique Martineau, le cinéma comme outil de formation (France-Belgique-Algérie, 1956-1968)

Encadrement de la jeunesse
Modération : Perrine Boutin (Université Paris 3)

15h15 / Roxane Hamery (Université Rennes 2)
La justice des mineurs et les ciné-clubs de jeunes dans l’après Seconde guerre mondiale : un modèle préventif et correctif de la délinquance
15h40 / Marina Vidal-Naquet (Université Paris-Ouest Nanterre)
Fernand Deligny, la Grande Cordée et « La caméra outil pédagogique » (1955) : histoire d’un film collectif à faire

16h25 / Pause

Archives

16h45 / Mélisande Leventopoulos et Gaël Péton
De nouvelles sources pour l’histoire des cinémas d’éducation populaire : les versements de la Jeunesse et des Sports et les archives Pierre Kneubühler
17h15 / Alain Carou (BnF) et Hélène Fleckinger (Université Paris 8)
Pratiques et patrimoine de la vidéo en éducation populaire : premiers repérages

18h15 / Conclusion : Jean-Marc Leveratto

Programme ci-dessous.
Plaquette_JE_14_MARS_2015_web-1

Georges Sadoul – Regards et Ciné-Liberté

PhotoArme

Valérie Vignaux, membre du laboratoire, interviendra le 25 mars prochain à l’occasion d’une journée d’études intitulée « La photographie comme arme. Photographie sociale et documentaire dans les années 1930 » organisée dans le cadre du projet « Captures du monde social. Photographie sociale et documentaire des années 1930 » (Labex Arts H2H), mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou.

L’événement se tiendra à Paris, à l’Institut national d’histoire de l’art, salle Giorgio Vasari.

Le programme détaillé est à télécharger par ici : Photographie_programme-labex_V2

Et l’affiche par là : Photographie-affiche-V2

Toutes les informations pratiques sont également à retrouver sur: http://www.labex-arts-h2h.fr/fr/la-photographie-comme-arme-1095.html

Cinéma militant – Ciné-Liberté

Intervention lors du colloque international consacré au Cinéma français et le Front populaire qui se déroule à l’Assemblée nationale, le 8 juin 2016.

Dans la France troublée des années 1930 (crises économiques à répétition, scandales politiques, montées du fascisme), le cinéma est l’objet de mutations inédites. Média populaire par excellence, le cinéma devient alors le mode d’expression privilégié d’un engagement politique, pour et par le peuple. Les gauches s’en emparent avec le Front Populaire (1936-1938), produisant et diffusant des films militants. Vu comme un moyen de « développer le progrès social » (Marceau Pivert), révélateur des conflits entre patriarcat et monde ouvrier, le cinéma dès 1936 capte aussi un certain « air du temps » : foi en la lutte des classes, solidarité et engagement sont les valeurs défendues par les films.

Des historiens, du cinéma ou de la photographie, des spécialistes des archives, reviendront le 8 juin, sur le cinéma du Front populaire. Vous trouverez le détail des interventions dans le programme ci-dessous.

<a href="http://2016-05-17_573b010a33c78_LeFrontpopulaireetlecinemafrancais_Programme« >Programme :

Mercredi 8 juin 2016, Assemblée Nationale, Paris
Organisé par le Centre National de l’image animée (CNC) et l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

ouverture-du-colloque-le-front-populaire-et-le-cinema-francais

Cinéma amateur – CICLIC

A l’occasion des dix ans de sa mission concernant le patrimoine cinématographique et audiovisuel de la région, Ciclic a demandé à Valérie VIGNAUX son point de vue sur les collections de « films amateurs ». Elle propose ici un dépassement des paradigmes habituels liés à la catégorisation sociale, à l’approche technique ou commerciale et contribue à faire savoir que les collections de l’agence ne sont pas seulement constituées de films de famille mais aussi de témoignages documentaires, de démarches pédagogiques ou militantes.

Le texte « Du cinéma amateur à l’amateur cinéaste » est à lire à cette adresse :
http://www.ciclic.fr/ciclic-celebre-10-ans-de-memoire-filmeevisuel10ans

Pathé-Baby – Mémoire de M2, de Elvira Shahmiri

Elvira Shahmiri a soutenu en 2015 un mémoire de M2 Recherches Cinéma « Histoire, théories, archives », sur « Le cinéma burlesque par le Pathé-Baby – la diffusion d’un genre cinématographique en format 9mm5
durant l’entre-deux-guerres », sous la direction de Dimitri Vezyroglou, à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne – UFR 03 – Histoire de l’art et de l’archéologie.

Ce mémoire disponible ici, en deux volumes, s’appuie entre autres sur des archives de la Fondation Pathé.

Elvira Shahmiri, Pathé-Baby, vol.1
Elivra Shahmiri, PatheBaby, Vol.2

Léon Moussinac

Léon Moussinac (1890-1964) est un des intellectuels communistes français majeurs de la première moitié du XXe siècle. Critique de théâtre, de cinéma, des arts décoratifs, ses réflexions s’inscrivent dans le courant de l’Art social. Après avoir endossé des responsabilités éditoriales dans nombre de revues, puisqu’il est secrétaire de rédaction d’Art et Décoration, rédacteur en chef de Comœdia illustré, il crée la rubrique cinématographique du Mercure de France puis celle de l’Humanité. Aux côtés d’Henri Barbusse et de Paul Vaillant-Couturier, il s’engage dans des actions de démocratisation culturelle et artistique, tels les Amis de Spartacus, premier ciné-club de masse, ou l’Association des Écrivains et des Artistes Révolutionnaires, organisation qui prélude au rassemblement des intellectuels contre le fascisme. Arrêté pour ses opinions politiques en 1940, libéré en 1941, il entre en Résistance. Aux lendemains de la Guerre, devenu directeur d’écoles supérieures (l’IDHEC et l’EnsAD), Moussinac poursuit une œuvre personnelle, publiant des recueils de poésies, des romans ou nouvelles, des ouvrages consacrés aux arts décoratifs, au cinéma et au théâtre.

Cet ensemble, dirigé par Valérie Vignaux, avec la collaboration de François Albera, associe un volume d’études et une anthologie de textes. Il a l’ambition et l’originalité d’aborder sans hiérarchie les différents domaines dans lesquels Moussinac a œuvré.

Le premier volume, intitulé Léon Moussinac, un intellectuel communiste, préfacé par Pascal Ory, réunit les contributions de spécialistes reconnus du cinéma, du théâtre, de la musique, de la littérature ou de la poésie, tels François Albera, Marie-Cécile Bouju, Vincent Casanova, Léonor Delaunay, Céline Gailleurd, Bert Hogenkamp, Laurent Le Forestier, Jean-Baptiste Para, Romain Piana, Valérie Pozner, Laurent Véray, Guillaume Vernet et Valérie Vignaux.

Il est complété d’un second volume constitué d’une anthologie de textes intitulé Léon Moussinac, critique et théoricien des arts qui, s’il rassemble en majorité des critiques ayant pour sujet le cinéma, comprend également un choix d’articles dédiés aux arts décoratifs, au théâtre ou à la musique. Études et textes qui aident à saisir la trajectoire intellectuelle de Moussinac.

Le coffret comprenant le volume d’études et l’anthologie, Un intellectuel communiste, Léon Moussinac, critique et théoricien des arts : (472 p. + 541 p.) : 48 €
Le volume d’études, Léon Moussinac, un intellectuel communiste, 472 p., 24€
L’anthologie critique, Léon Moussinac, critique et théoricien des arts : 541 p., 24€

www.afrhc.fr

Couv_COFFRET_MOUSSINAC

Cinéma amateur à New Delhi

rou_01-maquisards

En décembre, la chercheuse et archiviste Anna Briggs (doctorante de l’InTRu) présentera, lors d’une conférence internationale, une étude comparée de deux films amateurs ayant pour sujet la Seconde Guerre mondiale : le film « L’Histoire de chez nous » de Jean Rousselot, autour de la Touraine dans la guerre, sera ainsi mis en regard avec un film anglais.
La conférence annuelle « Visible evidence » existe depuis 1994. Elle réunit chaque année des universitaires du monde entier, issus de différentes disciplines, autour des médias et des films documentaires.

Pour la prochaine rencontre qui se tiendra à New Delhi du 11 au 14 décembre 2014, Anna Briggs a proposé d’analyser deux films amateurs européens autour de la Seconde Guerre Mondiale. Elle a choisi de s’intéresser à un film conservé au Yorkshire Film Archive, en le comparant avec le documentaire « L’Histoire de chez nous » de Jean Rousselot. « L’Histoire de chez nous » est un film 9,5 mm très construit, réalisé en 1945 par Jean Rousselot, alors instituteur dans un village près du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire), pour rendre compte des événements de la Seconde Guerre mondiale à Tours et dans le sud de la Touraine.

Par rapport au film de Jean Rousselot, le film « Holmfirth tradesmen’s trip & Blitz in Sheffield », tourné par Wylbert Kemp dans le sud du Yorkshire, est très différent. D’une certaine manière, il s’agit de plusieurs films qui se succèdent sur une bobine : un voyage touristique de représentants de commerce en 1939, à l’heure des pénuries (magasins fermés, tabac indisponible…), puis un film qui évoque plus explicitement les bombardements en Angleterre, dans lequel, après une étonnante mise en scène où les immeubles bombardés sont comme vus à travers le cockpit d’un avion, le cinéaste montre des vues de ruines tournées cette fois depuis la rue…

Après plusieurs expériences professionnelles dans des institutions patrimoniales en Grande Bretagne, en Italie et aux Etats-Unis, Anna Briggs prépare une thèse à l’Université François-Rabelais à Tours sous la direction de Valérie Vignaux, sur la manière dont sont conservés et exploités les films de « non fiction » à travers le monde (notion anglo-saxonne). Elle se rend en Inde dès le mois de novembre pour effectuer une enquête de terrain sur les archives indiennes dans le cadre de sa thèse. Nous rendrons compte de son travail sur le film de Jean Rousselot et celui de Wylbert Kemp à son retour en France.

http://www.ciclic.fr/actualites/la-touraine-new-delhi